Les News

13/03/2015 : Shudder Before The Beautiful !
Histoire de conclure joliment notre semaine spéciale "Endless Forms Most Beautiful", découvrez dès maintenant "Shudder Before The Beautiful", le premier titre de l'album !

http://www.hs.fi/mainos/advertoriaali/nightwish/

N'oubliez pas de (re)lire notre track-by-track de l'album publié tout au long de cette semaine !

13/03/2015 : Track-by-track 5/5
Toute la semaine, découvrez la description de deux morceaux du prochain album de Nightwish !

10 THE EYES OF SHARBAT GULA 6:03
Nightwish semble prendre l’habitude depuis « Dark Passion Play » de nous offrir un titre instrumental sur chaque album. Pour cet album, ce sera donc « The Eyes Of Sharbat Gula ». En fait, Tuomas n’avait pas prévu de faire de ce morceau un instrumental, et avait écrit des pages et des pages de paroles, tant le sujet est intéressant, mais aucune ne semblait convenir. Finalement, Troy lui suggéra l’idée de se passer de parole. Dont acte. Cet instrumental plante dès les premières secondes l’ambiance arabisante qu’on pouvait attendre, et suit une structure proche du morceau « Dreamtime » tiré de l’album « Music Inspired By The Life And Time Of Scrooge », l’album solo de Tuomas : un même air répété tout au long du morceau mais avec de très nombreuses variantes et une intensité sans cesse modulée. Au début, c’est au piano et avec l’orchestre, puis c’est avec les flûtes et les choeurs de Troy, toujours soutenu par un orchestre très présent. Ce sont finalement des choeurs d’enfants qui viennent s’ajouter à la mélodie principale. Un morceau définitivement envoûtant.

11 THE GREATEST SHOW ON EARTH 24:01
Et voici la pièce maîtresse de l’album. 24 minutes de musique, un nouveau record pour Nightwish (et dire que la première version envisagée par Tuomas faisait plus de 35 minutes !). Un nouveau monument dans la carrière du groupe que nous vous conseillons d’écouter avec un casque audio pour en ressentir toutes les ambiances. 
(Nous avons découpé le morceau selon le nom des cinq chapitres qui la composent, sans toutefois avoir l’assurance d’avoir « coupé » au bon endroit, puisque nous ne disposions pas de cette information)

Chapitre 1 : 4.6
La première partie est une très jolie mélodie jouée au piano, en solo au début, puis rapidement rejointe par plusieurs violons. Pas d’orchestre à foison ici, juste un piano et des cordes. Une entrée très très jolie. Pendant ce chapitre, plusieurs explosions retentissent : le choc des astres, la nature qui s’éveille… L’orchestre se manifeste parfois de façon plus intensive, mais le piano reste l’instrument maître de ce premier chapitre.

Chapitre 2 : Life
Floor fait son apparition ici avec de douces vocalises : ce sera la seule fois sur l’album qu’elle utilisera sa voix « opéra », le groupe ayant testé ce style de chant sur les autres morceaux et ne l’ayant pas trouvé adapté. La batterie fait son apparition, puis Troy également. Mine de rien, nous sommes déjà à 5 minutes de musique. Le décor est posé, et Richard Dawkins commence un court monologue : « After 700 millions years… ». Le biologiste a donné le départ, et tout explose ! Tout le groupe et l’orchestre reprennent l’air du chapitre 1, en version très « punchy » qui vous fera frissonner. On arrive au moment « classique » du morceau : couplet (dans lequel Floor prend une voix particulièrement sombre), refrain (très entêtant et chanté par Floor et Marco qui terminent par un grand « The greatest show on Earth !! »), couplet, refrain, puis un pont instrumental tout aussi efficace. Le refrain est repris une nouvelle fois par Floor seule, presque a capella, puis de nouveau par tout le groupe, jusqu’à un dernier « the greatest show on Earth !! ». Enormes frissons !

Chapitre 3 : The Toolmaker
Déjà dix minutes de musique ! Ce chapitre est introduit par des percussions, des choeurs et les synthés de Tuomas. Une surprise arrive en même temps que l’orchestre : on entend de nombreux animaux qui accompagnent la musique : oiseaux, singes, éléphants, lions, toute l’arche de Noé est de la partie. Marco redonne de la voix, puis reprend avec Floor l’air précédent. Un nouveau pont instrumental précède un énorme coup qui relance la musique à fond et le refrain est repris de plus belle deux fois. Quelle présence ! Ce chapitre se termine par la répétition de « We are here » par Floor et Marco… 

Chapitre 4 : The Understanding
Le quart d’heure de musique est dépassé quand on bascule dans le quatrième chapitre. Bercé par le bruit de l’eau, le duo de piano et de cordes fait son retour, puis le groupe revient progressivement : Troy déjà, puis Kai et enfin Richard Dawkins, qui lit une de ses plus célèbres citations : « We are going to die, and that makes us the lucky ones. Most people are never going to die because they are never going to be born. The potential people who could have been here in my place but who will in fact never see the light of day outnumber the sand grains of Arabia. (…) »
L’orchestre reprend ensuite les rênes et on bascule doucement vers le final. 

Chapitre 5 : Sea-Worn Driftwood
Vingt minutes de musique se sont écoulées et les dernières minutes seront très, très calmes : on entend la mer, les vagues, les chants de baleines… C’est un final très apaisant, dans lequel Richard Dawkins prend une dernière fois la parole pour réciter la fameuse citation de Charles Darwins que Tuomas a cité plusieurs fois : 
"There is grandeur in this view of life, with its several powers, having been originally breathed into a few forms or into one; and that, whilst this planet has gone cycling on according to the fixed law of gravity, from so simple a beginning endless forms most beautiful and most wonderful have been, and are being, evolved.
Le morceau s’achève alors et s’endort doucement, bercé par les vagues. 

12/03/2015 : Track-by-track 4/5
Toute la semaine, découvrez la description de deux morceaux du prochain album de Nightwish !

08 EDEMA RUH 5:15
A la première écoute de ce morceau, on comprend vite pourquoi « Edema Ruh » était initialement envisagé comme premier single de l’album : ne serait-ce que par son refrain très accrocheur et qui reste vraiment en tête, même un mois après l’avoir écouté ! L’introduction, aux claviers puis aux guitares, amorce un morceau aux couplets très doux, parsemés de petits coups de cymbales, et ce refrain qu’on aura vite fait de chanter : « We are the Edema Ruh… ». Le pont offre une place une nouvelle fois majeure pour les guitares, avec ici un son assez « root » très appréciable. Troy est de retour au chant et avec sa cornemuse, et on s’imagine très vite l’ambiance des « Edema Ruh » décrite dans les livres dont s’inspire le morceau. Après deux répétitions du refrain, Troy termine seul la chanson. Un coup de coeur après une unique écoute, mais peut-être parce qu’il s’agit sûrement de l’un des titres les plus faciles d’accès de l’album. 

09 ALPENGLOW 4:45
Pas de nouvel élément dans cette chanson ni de surprise, mais une preuve irréfutable que Tuomas sait composer des morceaux « simples » qui deviendront vite incontournables. Après une intro dirigée par les synthés (très présents également dans cet album) puis accompagnés par la batterie de Kai, le morceau monte encore crescendo avec Floor puis tout le groupe pour reprendre l’air très entêtant de « Alpenglow ». « Once Upon A Time… » chante Floor pour introduire des couplets agréables et un refrain efficace. Le pont musical offre une nouvelle fois une place de choix aux guitares d’Emppu et aux cornemuses de Troy, puis c’est finalement Floor qui reprend, d’abord doucement, l’air principal, puis, bercé par plusieurs changements de rythme, le refrain est repris deux fois à pleine puissance, jusqu’à un final particulièrement classe !

11/03/2015 : Track-by-track 3/5
Toute la semaine, découvrez la description de deux morceaux du prochain album de Nightwish !

06 MY WALDEN 4:38
Troy est présent dans cet album (on le retrouve sur 8 morceaux), mais c’est peut être sur « My Walden » qu’il y tient l’un de ses meilleurs rôles : c’est d’ailleurs lui qui commence le morceau en chantant (notamment en gallois). Le morceau est très classique dans sa structure (couplet, refrain, couplet, refrain, pont…) mais cela fonctionne à merveille. Le refrain est très dansant, accrocheur et entêtant, pour un morceau qui flirterait presque avec le folk metal. Un morceau très simple aux premiers abords mais qui laisse vraiment une très belle impression et surtout l’envie de le réécouter de suite. Très certainement un morceau coup de coeur pour beaucoup !

07 ENDLESS FORMS MOST BEAUTIFUL 5:07
Le morceau qui a donné son nom à l’album est redoutablement efficace. L’introduction peut rappeler une nouvelle fois « Storytime », avec toujours ces guitares aussi présentes. Floor nous offre même un petit « Rendez-vouuus » (en français dans le texte !). La structure ne change pas (couplet/refrain etc), et l’orchestre retrouve sa suprématie durant le pont, rapidement suivi par des choeurs et toujours les guitares d’Emppu, parfois même dans un son un peu 80’s ! S’en suit une petite pause, calme, puis la reprise du riff et de la batterie. Ce genre de procédé « crescendo » est utilisé plusieurs fois dans l’album, et ça fonctionne toujours aussi bien. La chanson se termine par un dernier refrain qui donne tout de suite envie de réécouter ce morceau. A noter que l’édition collector EarBook contiendra, sur le mini-LP bonus, une version alternative de ce morceau, comme ce fut le cas pour « Élan ».

10/03/2015 : Track-by-track 2/5
Toute la semaine, découvrez la description de deux morceaux du prochain album de Nightwish !

03 ÉLAN 4:45
Tout le monde connaît désormais ce morceau :) Retrouvez le clip ici :
http://youtu.be/zPonioDYnoY

04 YOURS IS AN EMPTY HOPE 5:34
Les premiers retours des journalistes invités à Helsinki en Janvier dernier pour écouter l’album annonçaient ce morceau comme étant un « Master Passion Greed » featuring Floor. Et il faut avouer que c’est vrai ! Après une introduction 100% orchestrale, le riff de la chanson apparaît et est ensuite repris avec l’orchestre. Un peu comme le début de « Dark Chest Of Wonders » : très efficace ! C’est l’artillerie lourde ensuite, puis Floor commence le couplet, qui se termine par Marco, et les deux compères chantent ensemble le refrain. Un refrain lancinant où ils répètent « Yours… is… an…. empty… hope… » (repensez au refrain de « Master Passion Greed », c’est un peu ça). Le pont instrumental qui suit apporte son lot d’orchestre et de guitares, toujours très présentes, puis de somptueux choeurs. Tout est  crescendo, la pression monte sans arrêt, jusqu’à ce que Floor hurle à deux reprises « YOURS ! IS ! AN ! EMPTY ! HOPE ! » qui emmène magistralement le morceau jusqu’au dernier refrain, qui s’achève sur un dernier « Hope.. » de Marco. Une grosse tuerie !

05 OUR DECADES IN THE SUN 6:37
Seul morceau de l’album se rapprochant d’une ballade, « Our Decades In The Sun » commence par des choeurs calmes et rêveurs. Floor chante de façon très douce ici, à l’image de la première partie de la chanson. La batterie de Kai et le piano de Tuomas arrivent tranquillement ensuite pour faire monter le morceau crescendo et les guitares ont une nouvelle fois la part belle. Les fans d’Emppu vont être aux anges en écoutant cet album ;)

<< Previous ... 2 ... 4 ... 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 Next >>

Powered by CuteNews
 
A NE PAS MANQUER :
8
Imaginaerum
 
CALENDRIER NIGHTWISH :
16/12/16 : "Vehicle Of Spirit" live DVD/Bluray
 
CONCERTS FRANCAIS DE NIGHTWISH :
Pas de concert français avant 2018.
 
MISES A JOUR DU SITE :
22/07/16 : MAJ tournée.
17/07/16 :
MAJ tournée.
17/07/16 : MAJ biographie.
16/07/16 :
Ajout de la page My Walden.
15/07/16 : Ajout de la page EFMB.
15/07/16 : MAJ discographie.
14/07/16 : Corrections divers.