Les Paroles & Traductions

Dark Passion Play
Dark Passion Play

The Poet And The Pendulum
Bye Bye Beautiful
Amaranth
Cadence of Her Last Breath
Master Passion Greed
Eva
Sahara
Whoever Brings The Night
For The Heart I Once Had
The Islander
Last Of The Wilds
7 Days To The Wolves
Meadows Of Heavens

Escapist (Bonus Track)
Erämaan Viimeinen (Bonus Track)

The Poet And The Pendulum

”WHITE LANDS OF EMPATHICA”

The end.

The songwriter`s dead.
The blade fell upon him
Taking him to the white lands
Of Empathica
Of Innocence
Empathica
Innocence

”HOME”

The dreamer and the wine
Poet without a rhyme
A widowed writer torn apart by chains of hell

One last perfect verse
Is still the same old song
Oh Christ how I hate what I have become

Take me home

Getaway, runaway, fly away
Lead me astray to dreamer`s hideaway
I cannot cry `cause the shoulder cries more
I cannot die, I, a whore for the cold world
Forgive me
I have but two faces
One for the world
One for God
Save me
I cannot cry `cause the shoulder cries more
I cannot die, I, a whore for the cold world

My home was there `n then
Those meadows of heaven
Adventure-filled days
One with every smiling face

Please, no more words
Thoughts from a severed head
No more praise
Tell me once my heart goes right

Take me home

Getaway, runaway, fly away
Lead me astray to dreamer`s hideaway
I cannot cry `cause the shoulder cries more
I cannot die, I, a whore for the cold world
Forgive me
I have but two faces
One for the world
One for God
Save me
I cannot cry `cause the shoulder cries more
I cannot die, I, a whore for the cold world

”THE PACIFIC”

Sparkle my scenery
With turquoise waterfall
With beauty underneath
The Ever Free

Tuck me in beneath the blue
Beneath the pain, beneath the rain
Goodnight kiss for a child in time
Swaying blade my lullaby

On the shore we sat and hoped
Under the same pale moon
Whose guiding light chose you
Chose you all

” I`m afraid. I`m so afraid.
Being raped again, and again, and again
I know I will die alone.
But loved.

You live long enough to hear the sound of guns,
long enough to find yourself screaming every night,
long enough to see your friends betray you.

For years I`ve been strapped unto this altar.
Now I only have 3 minutes and counting.
I just wish the tide would catch me first
and give me a death I always longed for ”.

”DARK PASSION PLAY”

2nd robber to the right of Christ
Cut in half - infanticide
The world will rejoice today
As the crows feast on the rotting poet

Everyone must bury their own
No pack to bury the heart of stone
Now he`s home in hell, serves him well
Slain by the bell, tolling for his farewell

The morning dawned, upon his altar
Remains of the dark passion play
Performed by his friends without shame
Spitting on his grave as they came

Getaway, runaway, fly away
Lead me astray to dreamer`s hideaway
I cannot cry `cause the shoulder cries more
I cannot die, I, a whore for the cold world
Forgive me
I have but two faces
One for the world
One for God
Save me
I cannot cry `cause the shoulder cries more
I cannot die, I, a whore for the cold world

Today, in the year of our Lord 2005,
Tuomas was called from the cares of the world.
He stopped crying at the end of each beautiful day.
The music he wrote had too long been without silence.

He was found naked and dead,
With a smile in his face, a pen and 1000 pages of erased text.”

Save me

”MOTHER & FATHER”

Be still, my son
You`re home
Oh when did you become so cold?
The blade will keep on descending
All you need is to feel my love

Search for beauty, find your shore
Try to save them all, bleed no more
You have such oceans within
In the end
I will always love you

The beginning.


Bye Bye Beautiful

Finally the hills are without eyes
They are tired of painting a dead man`s face red
With their own blood

They used to love having so much to lose
Blink your eyes just once and see everything in ruins

Did you ever hear what I told you
Did you ever read what I wrote you
Did you ever listen to what we played
Did you ever let in what the world said
Did we get this far just to feel your hate
Did we play to become only pawns in the game
How blind can you be, don`t you see
You chose the long road but we`ll be waiting

Bye bye beautiful

Jacob`s ghost for the girl in white
Blindfold for the blind
Dead siblings walking the dying earth

Noose around a choking heart
Eternity torn apart
Slow toll now the funeral bells

”I need to die to feel alive”

Did you ever hear what I told you
Did you ever read what I wrote you
Did you ever listen to what we played
Did you ever let in what the world said
Did we get this far just to feel your hate
Did we play to become only pawns in the game
How blind can you be, don`t you see
You chose the long road but we`ll be waiting

Bye bye beautiful

It`s not the tree that forsakes the flower
But the flower that forsakes the tree
Someday I`ll learn to love these scars
Still fresh from the red-hot blade of your words

...How blind can you be, don`t you see...
...that the gambler lost all he does not have...

Did you ever hear what I told you
Did you ever read what I wrote you
Did you ever listen to what we played
Did you ever let in what the world said
Did we get this far just to feel your hate
Did we play to become only pawns in the game
How blind can you be, don`t you see
You chose the long road but we`ll be waiting

Bye bye beautiful

 

Amaranth

Baptised with a perfect name
The doubting one by heart
Alone without himself

War between him and the day
Need someone to blame
In the end, little he can do alone

You believe but what you see
You receive but what you give

Caress the one, the Never-Fading
Rain in your heart -
the tears of snow-white sorrow
Caress the one, the hiding amaranth
In a land of the daybreak

Apart from the wandering pack
In this brief flight of time we reach
For the ones, whoever dare

You believe but what you see
You receive but what you give

Caress the one, the Never-Fading
Rain in your heart -
the tears of snow-white sorrow
Caress the one, the hiding amaranth
In a land of the daybreak

Reaching, searching for something untouched
Hearing voices of the Never-Fading calling

Caress the one, the Never-Fading
Rain in your heart -
the tears of snow-white sorrow
Caress the one, the hiding amaranth
In a land of the daybreak

 

Cadence Of Her Last Breath

Running for her life
The dark rain from her eyes still falls
Breathtaking butterfly
Chose a dark day to live

Save one breath for me

A Loner longing for
The cadence of her last breath

Why do I miss someone
I never met, with bated breath I lay
Seawinds brought her to me
A butterfly, mere one-day miracle of life
And all the poetry in the world
Finally makes sense to me

Save one death for me

A Loner longing for
The cadence of her last breath

Put to rest all that`s not life
Drink for beauty and fill my blank page

Sometimes a dream turns into a dream

A Loner longing for
The cadence of her last breath


Master Passion Greed

Who the hell are you to tell me
What to do, why to do, why bother
Leech in a mask of virtue
Such waste, to ever think of you again

Hey Judas, your Christess was our love
Hit and run, your will be done
Never sorry, never wrong
More more more more more

Master passion greed

”Hello. How are you?
Let me explain one thing.
All for her and more for me
Why is it so hard to see?
I see no sense in doing this
Not enough for me
I fuck up everything but let me explain.”

Some day you shall flee,
Panting and weak

Master passion greed

All within me gone but pain and hope
Hoping that the pain would fade away

Greed, your master passion
I Feed the mouth that bites me
Mammon, opiate of the masses
The reek of your lies draws flies

Seek her
Seduce her
Tame her
Blame her
Have her
Kill her
Feast on it all

With awakening the tears will begin
To my everlasting shame silence took me

 

Eva

6:30 winter morn
Snow keeps falling, silent dawn
A rose by any other name
Eva leaves her Swanbrook home
A kindest heart which always made
Me ashamed of my own
She walks alone but not without her name

Eva flies away
Dreams the world far away
In this cruel children's game
There's no friend to call her name
Eva sails away
Dreams the world far away
The Good in her will be my sunflower field

Mocked by man
To depths of shame
Little girl with life ahead
For a memory of one kind word
She would stay among the beasts
Time for one more daring dream
Before her escape, edenbeam
We kill with her own loving heart

Eva flies away
Dreams the world far away
In this cruel children's game
There's no friend to call her name
Eva sails away
Dreams the world far away
The Good in her will be my sunflower field

 

Sahara

A ballad of dark queen echoes through night
As he flees the curse of gods, the pharaoh`s wrath

1001 nights unseen
The philosopher and the queen

Ancient mariner in a sea of sand
The burning beauty his tomb to die for

1001 nights unseen
The philosopher and the queen
Horizon`s swarming with death
Run!

Heaven has a darkened face
Dunes are soaring, as on a chase
Caravan of the cursed
Chasing him across the waves

May he now rest under aegis of mirage
As the sands slowly turn to Elysian fields

1001 nights unseen
The philosopher and the queen


Whoever Brings The Night

We seduce the dark with pain and rapture
Like two ships that pass in the night
You and I, a whore and a bashful sailor
Welcome to a sunrise of a dirty mind

All you love is a lie
You one-night butterfly
Hurt me, be the one
Whoever brings the night

The Dark, created to hide the innocent white, the lust of night
Eyes so bright, seductive lies
Crimson masquerade where I merely played my part
Poison dart of desire

All you love is a lie
You one-night butterfly
Hurt me, be the one
Whoever brings the night

Choose a bride
Tonight a fantasy for a zombie
Hurt me, I love to suffer
Your harem`s a dream for free

Enter
Suck from us and live forever
Rotten beauty
Will haunt you for a lifetime

Come with me underwater
And drown to despise me no more
Unholy, unworthy
My night is a dream for free

All you love is a lie
You one-night butterfly
Hurt me, be the one
Whoever brings the night


For The Heart I Once Had

Heaven today is but a way
To a place I once called home
Heart of a child, one final sigh
As another love goes cold

Once my heart beat to the rhythm of the falling snow
Blackened below, the river now flows
A stream of molten virgin snow

For the heart I`ll never have
For the child forever gone
The music flows, because it longs
For the heart I once had

Living today without a way
To understand the weight of the world
Faded and torn, old and forlorn
My weak and hoping heart

For the child, for the light
For the heart I once had
I`ll believe and foresee
Everything I could ever be

For the heart I`ll never have
For the child forever gone
The music flows, because it longs
For the heart I once had

Time will not heal a Dead Boy`s scars
Time will kill

For the heart I`ll never have
For the child forever gone
The music flows, because it longs
For the heart I once had


The Islander

An old man by a seashore
At the end of day
Gazes the horizon
With seawinds in his face
Tempest-tossed island
Seasons all the same
Anchorage unpainted
And a ship without a name

Sea without a shore for the banished one unheard
He lightens the beacon, light at the end of world
Showing the way lighting hope in their hearts
The ones on their travels homeward from afar

This is for long-forgotten
Light at the end of the world
Horizon crying
The tears he left behind long ago

The albatross is flying
Making him daydream
The time before he became
One of the world`s unseen
Princess in the tower
Children in the fields
Life gave him it all:
An island of the universe

Now his love`s a memory
A ghost in the fog
He sets the sails one last time
Saying farewell to the world
Anchor to the water
Seabed far below
Grass still in his feet
And a smile beneath his brow

This is for long-forgotten
Light at the end of the world
Horizon crying
The tears he left behind so long ago

 

Last Of The Wilds

instrumental.


7 Days To The Wolves

The wolves, my love, will come
Taking us home where dust once was a man

Is there Life before a Death?
Do we long too much and never let in?

Howl
7 days to the wolves
Where will we be when they come
7 days to the poison
And a place in heaven
Time drawing near as they come to take us

This is my church of choice
Love`s strength standeth in love`s sacrifice

For the rest, I have to say to you
I will dream like the God
And suffer like all the dead children

Howl
7 days to the wolves
Where will we be when they come
7 days to the poison
And a place in heaven
Time drawing near as they come to take us

This is
Where heroes
And cowards
Part ways

Light the fire, feast
Chase the ghost, give in
Take the road less traveled by
Leave the city of fools
Turn every poet loose


Meadows Of Heaven

I close my eyes
The lantern dies
The scent of awakening
Wildhoney and dew

Childhood games
Woods and lakes
Streams of silver
Toys of olden days

Meadows of heaven

The flowers of wonder
And the hidden treasures
In the meadow of life
My acre of heaven
A 5-year-old winterheart
In a place called home
Sailing the waves of past

Meadows of heaven

Rocking chair without a dreamer
A wooden swing without laughter
Sandbox without toy soldiers
Yuletide without the Flight

Dreambound for life

Flowers wither, treasures stay hidden
Until I see the 1st star of fall

I fall asleep
And see it all:
Mother`s care
And color of the kites

Meadows of heaven

 

Escapist

Who`s there knocking at my window?
The Owl and the Dead Boy
This night whispers my name
All the dying children

Virgin snow beneath my feet
Painting the world in white
I tread the way and lose myself into a tale

Come hell or high water
My search will go on
Clayborn Voyage without an end

A nightingale in a golden cage
That`s me locked inside reality`s maze
Come someone make my heavy heart light
Come undone bring me back to life

A nightingale in a golden cage
That`s me locked inside reality`s maze
Come someone make my heavy heart light
It all starts with a lullaby

Journey homeward bound
A sound of a dolphin calling
Tearing off the mask of man
The Tower my sole guide
This is who I am
Escapist, paradise seeker
Farewell now time to fly
Out of sight, out of time, away from all lies

A nightingale in a golden cage
That`s me locked inside reality`s maze
Come someone make my heavy heart light
Come undone bring me back to life

A nightingale in a golden cage
That`s me locked inside reality`s maze
Come someone make my heavy heart light
It all starts with a lullaby

 

Erämaan Viimeinen

Nukkuu korpi, ja nyt, aatoksissain minä matkaa teen
Yli metsien, uinuvan veen
Kuutar taivaan yön valaisee
Maalaa maiseman, pohjoisen siimeksen

Unta onko tää,
Vai kuolema jossa palata sinne saan missä
hiillos jo luovuttaa lumen alla
Kun astun maailmaan, erämaan aikaan

Ensilumi satoi kahdesti
Maalasi sieluni taulun

Tää jylhä kauneus ja ääretön yksinäisyys
Lapsuuteni metsän, taivaan
Kaikuu se haikeus halki tän matkan
Aamun tullen yö tarinansa kertoo
Jylhä on kauneus ja ääretön yksinäisyyteni
Sitä henkeensä halajaa
Kehtoni hauta, hautani paikka
Erämaan viimeinen on

Minne katosivat muut
Suon noidat, neidontornit
Ja varjoissa havisevat puut
Kielon istutin ikihankeen
Ja hiljaisuuden tultua luotin tulevaan

Ensilumi satoi kahdesti
Maalasi sieluni taulun

Tää jylhä kauneus ja ääretön yksinäisyys
Lapsuuteni metsän, taivaan
Kaikuu se haikeus halki tän matkan
Aamun tullen yö tarinansa kertoo
Jylhä on kauneus ja ääretön yksinäisyyteni
Sitä henkeensä halajaa
Kehtoni hauta, hautani paikka
Erämaan viimeinen on

Le poète et le pendule

« LES TERRES BLANCHES D’EMPATHICA »

Fin.

Le compositeur est mort.
Une lame s’est abattue sur lui
L’emportant vers les terres blanches
D’Empathica
D’Innocence
Empathica
Innocence

« A LA MAISON »

Le rêveur et le vin
Un poète sans rime
Un écrivain veuf déchiré par les chaines de l’Enfer

Un dernier vers parfait
Toujours la même chanson
Oh, Christ, comme je déteste ce que je suis devenu

Ramène-moi à la maison

Va-t-en loin, cours, vole
Détourne-moi de la cachette du rêveur
Je ne peux pleurer car celui qui me console pleure encore plus
Je ne peux mourir, moi, la putain de ce monde froid
Pardonne-moi
J’ai deux visages
Un pour le monde
Un pour Dieu
Sauve-moi
Je ne peux pleurer car celui qui me console pleure encore plus
Je ne peux mourir, moi, la putain de ce monde froid

Ma maison était ici et puis sont apparues
Ces prairies divines.
Des journées remplies d’aventure
Le sourire aux lèvres à chacune d’entre elles.

Pitié, plus de mots
Ces pensées viennent d’une tête brisée
Plus de louanges
Dis moi lorsque mon cœur choisit la bonne direction

Ramène-moi à la maison

Va-t-en loin, cours, vole
Détourne-moi de la cachette du rêveur
Je ne peux pleurer car celui qui me console pleure encore plus
Je ne peux mourir, moi, la putain de ce monde froid
Pardonne-moi
J’ai deux visages
Un pour le monde
Un pour Dieu
Sauve-moi
Je ne peux pleurer car celui qui me console pleure encore plus
Je ne peux mourir, moi, la putain de ce monde froid

« LE PACIFIQUE »

Etincelle mon décor
De cascades turquoises
Sous lesquelles la beauté se trouve
L’Esprit Libre

Couvre moi de bleu
De douleur, de pluie
Un baiser pour souhaiter une bonne nuit à un éternel enfant
Je suis bercé par la lame qui se balance

Sur la rive, nous nous sommes assis et avons espéré
Sous la même lune pâle
Dont la lumière bienveillante a porté son choix sur vous
Sur vous tous

« J’ai peur. J’ai si peur.
D’être violé encore et encore et encore
Je sais que je mourrai seul.
Mais aimé.

On vit assez longtemps pour entendre retentir les armes,
Assez longtemps pour se retrouver à crier chaque nuit,
Assez longtemps pour voir ses amis nous trahir.

J’ai été attaché à cet autel pendant des années.
Maintenant je n’ai plus que 3 minutes et je compte.
J’aimerais seulement que la marée m’attrape en premier
et qu’elle me donne la mort dont j’ai toujours rêvé».

« LA TRAGEDIE DE LA PASSION »

Le second voleur à la droite du Christ
Coupé en deux – infanticide
Le monde se réjouira, aujourd’hui,
Lorsque les corbeaux feront un festin du poète qui pourrit

Chacun doit enterrer ses proches
Mais personne n’est là pour enterrer le cœur de pierre
Il est chez lui en Enfer, maintenant, il le sert bien
Tué par le gong qui sonne son adieu

Le matin s’est levé sur son autel
Voici ce qui reste de la tragédie de la passion
Jouée sans aucune honte par ses amis
Qui crachèrent sur sa tombe en passant.

Va-t-en loin, cours, vole
Détourne-moi de la cachette du rêveur
Je ne peux pleurer car celui qui me console pleure encore plus
Je ne peux mourir, moi, la putain de ce monde froid
Pardonne-moi
J’ai deux visages
Un pour le monde
Un pour Dieu
Sauve-moi
Je ne peux pleurer car celui qui me console pleure encore plus
Je ne peux mourir, moi, la putain de ce monde froid

Aujourd’hui, en l’an de grâce 2005,
Tuomas fut tiré de ses responsabilités sur Terre
Il cessa de pleurer à la fin de chaque beau jour.
La musique qu’il écrivait avait été trop longtemps discutée.

Il fut retrouvé nu et mort,
Avec un sourire sur les lèvres, un stylo et 1000 pages de texte effacé.”

Sauve moi

“MERE ET PERE”

Sois sage, mon fils
Tu es à la maison
Oh, quand es-tu devenu si froid ?
La lame ne cessera de descendre
Tout ce dont tu as besoin c’est de ressentir mon amour

Recherche la Beauté, trouve ta rive
Essaie de tous les sauver, ne saigne plus
Tu as tant d’océans en toi
Après tout cela
Je t’aimerai toujours

Commencement.

 

Bye bye, ma belle

Finalement, les collines n’ont pas d’yeux
Ils sont las de peindre en rouge le visage d’un homme mort
Avec leur propre sang

Ils aimaient avoir tant à perdre
Cligne les yeux juste une fois et vois que tout est en ruine

As-tu déjà entendu ce que je te disais?
As-tu déjà lu ce que je t’écrivais ?
As-tu déjà écouté ce que nous jouions ?
As-tu déjà prêté attention à ce que le monde disait ?
Sommes-nous allés si loin pour ne ressentir que ta haine ?
Avons-nous joué pour ne devenir que des pions dans la partie ?
Es-tu si aveugle que ça, ne vois-tu pas ?
Tu as choisi la route la plus longue mais nous t’attendrons

Bye bye ma belle

Le fantôme de Jacob pour la fille de blanc vêtue
Un bandeau pour couvrir les yeux des aveugles
Nos frères morts foulent la Terre agonisante

Une corde autour d’un cœur qui suffoque
L’éternité est déchirée
Maintenant, les cloches funéraires sonnent lentement

“J’ai besoin de mourir pour me sentir vivant”

As-tu déjà entendu ce que je te disais?
As-tu déjà lu ce que je t’écrivais ?
As-tu déjà écouté ce que nous jouions ?
As-tu déjà prêté attention à ce que le monde disait ?
Sommes-nous allés si loin pour ne ressentir que ta haine ?
Avons-nous joué pour ne devenir que des pions dans la partie ?
Es-tu si aveugle que ça, ne vois-tu pas ?
Tu as choisi la route la plus longue mais nous t’attendrons

Bye bye ma belle

Ce n’est pas l’arbre qui abandonne la fleur
Mais la fleur qui abandonne l’arbre
Un jour, j’apprendrai à aimer ces cicatrices
Toujours ouvertes après le passage de la lame brulante de tes mots.

… Es-tu si aveugle que ça, ne vois-tu pas…
…Que le joueur perd ce qu’il ne possède pas…

As-tu déjà entendu ce que je te disais?
As-tu déjà lu ce que je t’écrivais ?
As-tu déjà écouté ce que nous jouions ?
As-tu déjà prêté attention à ce que le monde disait ?
Sommes-nous allés si loin pour ne ressentir que ta haine ?
Avons-nous joué pour ne devenir que des pions dans la partie ?
Es-tu si aveugle que ça, ne vois-tu pas ?
Tu as choisi la route la plus longue mais nous t’attendrons

Bye bye ma belle

 

Amaranth

Baptisé avec un nom parfait
Incertain au plus profond de son cœur
Esseulé lorsqu’il n’est pas lui même

C’est la guerre entre lui et le jour,
Il a besoin d’une personne à blâmer
En fin de compte, rares sont les choses qu’il peut faire seul

Tu ne crois que ce que tu vois
Tu ne reçois que ce que tu donnes

Caresse la, l’Eternelle
La pluie dans ton cœur provient
des larmes de tristesse blanche comme neige
Caresse la, l’amarante qui se cache
Dans les terres de l’aube

Séparés de la meute errante
Dans cette brève fuite du temps, nous tendons les mains
Vers eux, ceux qui osent

Tu ne crois que ce que tu vois
Tu ne reçois que ce que tu donnes

Caresse la, l’Eternelle
La pluie dans ton cœur provient
des larmes de tristesse blanche comme neige
Caresse la, l’amarante qui se cache
Dans les terres de l’aube

Il tend les mains, il recherche quelque chose d’intact
Il entend les voix de l’Eternel qui l’appellent

Caresse la, l’Eternelle
La pluie dans ton cœur provient
des larmes de tristesse blanche comme neige
Caresse la, l’amarante qui se cache
Dans les terres de l’aube

 

La cadence de son dernier soupir

Alors qu’elle court pour sauver sa vie
La pluie noire continue de couler de ses yeux
Ce papillon stupéfiant
A choisi un sombre jour pour vivre

Garde moi un souffle

Un solitaire rêve de
La cadence de son dernier soupir

Pourquoi quelqu’un que je n’ai jamais rencontré
Me manque? Je suis allongée, retenant mon souffle
Le courant de la mer me l’a apporté
Ce papillon, un miracle de la vie éphémère
Et toute la poésie du monde
Prend enfin tout son sens

Garde une mort pour moi

Un solitaire rêve de
La cadence de son dernier soupir

Enterre tout ce qui n’est pas en vie
Bois pour la Beauté et rempli mes pages blanches

Parfois un rêve se transforme en rêve

Un solitaire rêve de
La cadence de son dernier soupir

 

Maître, Passion, Avidité

Qui crois-tu être pour pouvoir me dire
Ce que je dois faire, pourquoi le faire et pourquoi m’en soucier
Sangsue sous un masque de vertu
Quel gâchis de simplement penser à toi encore

Eh Judas, ta chrétienté était notre amour
Frappe, cours, que ta volonté soit faite
Tu n’es jamais désolé, tu n’as jamais tort
Encore, encore, encore et encore

Maître, Passion, Avidité

« Bonjour. Comment ça va ?
Laisse moi t’expliquer une chose.
Tout est pour elle, et encore plus pour moi
Pourquoi est-ce si difficile à voir?
Je ne vois aucun sens à ce que je fais
Ce n’est pas assez pour moi
Je fous tout en l’air mais laisse moi t’expliquer. »

Un jour tu fuiras,
Haletant et faible

Maître, Passion, Avidité

Tout en moi a disparu sauf la douleur et l’espoir
J’ai l’espoir de voir la douleur s’effacer

Avidité, cette passion dont tu es maître
Je nourris la bouche qui me mord
Mammon, opium des masses,
La puanteur de tes mensonges attire les mouches

Tu la cherches
Tu la séduis
Tu l’apprivoises
Tu la blâmes
Tu la possèdes
Tu la tues
Tu t’en régales

Au réveil, les larmes commenceront à couler
A ma grande et éternelle honte, le silence s’est emparé de moi

 

Eva

6h30, un matin d'hiver
La neige ne cesse de tomber, aurore silencieuse
Une rose connue sous un autre nom
Eva quitte sa maison au bord du Ruisseau des Cygnes
C’est un coeur des plus doux qui m'a toujours poussé
A avoir honte du mien
Elle marche seule mais emporte son nom avec elle

Eva s'envole
Elle rêve du monde, au loin
Dans ce jeu enfantin cruel
Aucun ami ne dit son nom
Eva parcourt les mers
Elle rêve du monde, au loin
La bonté en elle deviendra mon champ de tournesol

Ridiculisée par l’homme
Jusqu’à atteindre les profondeurs de la honte
Petite fille dont la vie ne fait que commencer
Pour un souvenir d’un mot gentil
Elle resterait parmi les bêtes
Il est temps de faire un rêve audacieux, à nouveau
Avant qu’elle ne s’enfuie, tel un rayon de lumière venant d’Eden
Nous tuons à l’aide du bon cœur qui est sien.

Eva s'envole
Elle rêve du monde, au loin
Dans ce jeu enfantin cruel
Aucun ami ne dit son nom
Eva parcourt les mers
Elle rêve du monde, au loin
La bonté en elle deviendra mon champ de tournesol

 

Sahara

La ballade d’une reine ténébreuse résonne dans la nuit
Alors qu’il fuit la malédiction des dieux, la colère du pharaon

1001 nuits que je n’ai pas vécues
Le philosophe et la reine

Vieux marin dans une mer de sable
La beauté brulante sera la tombe dans laquelle il mourra

1001 nuits que je n’ai pas vécues
Le philosophe et la reine
L’horizon est parsemé de mort
Cours !

Le Paradis a une face sombre
Les dunes montent, comme en chasse,
La caravane du maudit
Le chasse à travers les vagues

Qu’il repose sous l’égide d’un mirage
Alors que le sable forme doucement les Champs Elysées

1001 nuits que je n’ai pas vécues
Le philosophe et la reine

 

Celui qui apporte la nuit

Nous séduisons les ténèbres avec la douleur et l’enchantement
Comme deux bateaux qui voguent dans la nuit
Toi et moi, une putain et un marin pudique
Bienvenue au lever de soleil d’un esprit sale

Tout ce que tu aimes n’est que mensonge
Toi, le papillon éphémère
Blesse moi, sois l’élu
Celui qui apporte la nuit

Les ténèbres, créées pour dissimuler le blanc innocent, l’envie de la nuit
Les yeux si brillants, les mensonges séducteurs
Mascarade cramoisie dans laquelle je joue un simple rôle
Une flèche empoisonnée de désir

Tout ce que tu aimes n’est que mensonge
Toi, le papillon éphémère
Blesse moi, sois l’élu
Celui qui apporte la nuit

Choisis une épouse
Ce soir, c’est le fantasme du zombie
Fais-moi mal, j’aime souffrir
Ton harem est un rêve gratuit

Entre
Bois notre sang et vis pour l’éternité
Beauté pourrie
Qui te hantera jusqu’à la fin de tes jours

Viens avec moi sous l’eau
Et noie-toi pour ne plus me mépriser
Impie, indigne
Ma nuit est un rêve gratuit

Tout ce que tu aimes n’est que mensonge
Toi, le papillon éphémère
Blesse moi, sois l’élu
Celui qui apporte la nuit

 

Le cœur que j’avais autrefois

Aujourd’hui, le paradis n’est autre qu’un chemin
Vers un lieu que j’appelais autrefois « la maison »
Le cœur d’un enfant, un dernier soupir
Alors qu’un amour de plus se refroidit

Autrefois, mon cœur battait sur le rythme de la neige qui tombe
Noircie par les profondeurs, la rivière déverse désormais
Un torrent de neige vierge en fusion

Pour le cœur que je n’aurai jamais
Pour l’enfant parti a jamais
La musique s’écoule, car elle espère revoir
Le cœur que j’avais autrefois

Je vis aujourd’hui sans possibilité
De comprendre le poids du monde
Effacé et déchiré, vieux et triste
Mon cœur est faible et plein d’espoir

Pour l’enfant, pour la lumière
Pour le cœur que j’avais autrefois
Je croirai et verrai
Tout ce que je peux devenir

Pour le cœur que je n’aurai jamais
Pour l’enfant parti a jamais
La musique s’écoule, car elle espère revoir
Le cœur que j’avais autrefois

Le temps ne soignera pas les cicatrices d’un garçon mort
Le temps tuera

Pour le cœur que je n’aurai jamais
Pour l’enfant parti a jamais
La musique s’écoule, car elle espère revoir
Le cœur que j’avais autrefois

 

L’insulaire

Un vieil homme sur le rivage,
A la fin de la journée,
Scrute l’horizon
Les vents marins soufflant sur son visage
Une ile secouée par la tempête
Les saisons sont toutes identiques
Un ancrage non peint
Et un bateau sans nom

Une mer sans rive pour l’ignoré banni
Il allume le phare, la lumière du bout du monde
Il montre la route, allume l’espoir dans leur cœur
Ceux qui rentrent de leurs voyages lointains

Pour la lumière du bout du monde,
Oubliée depuis longtemps,
L’horizon pleure
Les larmes qu’il a laissé couler il y a longtemps

L’albatros vole
Et le plonge dans ses pensées
Il revient à l’époque où il n’était pas encore devenu
L’un des fantômes du monde
Une princesse dans le donjon
Des enfants dans les champs
La vie lui avait tout donné :
Une ile dans l’univers

Aujourd’hui, son amour est un souvenir
Un fantôme dans la brume
Il hisse les voiles une dernière fois
En disant adieu au monde
L’ancre jetée à l’eau
Les profondeurs abyssales en dessous
De l’herbe restée sous ses pieds
Et un sourire sous les sourcils

Pour la lumière du bout du monde,
Oubliée depuis longtemps,
L’horizon pleure
Les larmes qu’il a laissé couler il y a longtemps

 

Le dernier sur les terres sauvages

instrumental

 

7 jours avant l’arrivée des loups

Les loups, mon amour, viendront
Nous ramener à la maison, là où, autrefois, la poussière était un homme

Y a-t-il de la vie avant la mort ?
Rêvons nous trop sans ne jamais rien laisser entrer?

Hurle
7 jours avant l’arrivée des loups
Où serons-nous lorsqu’ils viendront?
7 jours avant l’arrivée du poison
Et une place au Paradis
L’heure se rapproche alors qu’ils viennent pour nous emporter.

Voici est la religion que j’ai choisie :
La force de l’amour réside dans le sacrifice de l’amour

Pour finir, je dois te dire ceci
Je vais rêver comme le Dieu
Et souffrir comme tous les enfants morts

Hurle
7 jours avant l’arrivée des loups
Où serons-nous lorsqu’ils viendront?
7 jours avant l’arrivée du poison
Et une place au Paradis
L’heure se rapproche alors qu’ils viennent pour nous emporter.

C’est ici
Que les héros
Et les lâches
Se séparent

Allume le feu, festoie
Chasse le fantôme, abandonne
Prends le chemin le moins fréquenté
Quitte la ville des imbéciles
Délivre chaque poète

 

Prairies divines

Je ferme les yeux
La lanterne s’essouffle
L’odeur du réveil
Du miel sauvage et de la rosée

Des jeux d’enfants
Des bois et des lacs
Des ruisseau d’argent
Des jouets des temps anciens

Prairies divines

Les fleurs merveilleuses
Et les trésors cachés
Dans la prairie de la vie
Mon hectare de paradis
Un enfant de 5 ans, au cœur de l’hiver,
Dans un lieu nommé « maison »,
Navigue sur les vagues du passé

Prairies divines

Chaise à bascule sans rêveur
Le balancement du bois sans rires
Un bac à sable sans soldats de plomb
Le Yuletide sans fuite

Lié aux rêves pour la vie

Les fleurs se flétrissent, les trésors restent cachés
Jusqu’à ce que je vois la première étoile de l’automne

Je m’endors
Et je vois tout :
L’attention d’une mère
Et les couleurs des cerfs volants

Prairies divines

 

Celui qui fuyait la réalité

Qui est là, frappant à la fenêtre ?
La chouette et le garçon mort
La nuit chuchote mon nom
Tous ces enfants morts…

La neige vierge, sous mes pieds
Peint le monde en blanc
J’avance sur le chemin et je me perds dans une histoire

L’Enfer ou la marée haute peuvent bien venir
Ma recherche se poursuivra
Comme un voyage modelé dans la glaise qui ne prend jamais fin

Un rossignol dans une cage dorée
C’est moi, enfermé dans le labyrinthe de la réalité
Que quelqu’un vienne illuminer mon cœur lourd
Qu’on me détruise pour me redonner vie

Un rossignol dans une cage dorée
C’est moi, enfermé dans le labyrinthe de la réalité
Que quelqu’un vienne illuminer mon cœur lourd
Tout commence avec une berceuse

Sur le chemin du retour,
Le son d’un dauphin qui appelle
Et arrache le masque de l’homme
La Tour est mon unique guide
Voilà ce que je suis
Un homme qui fuit la réalité, à la recherche du paradis
Adieu, il est temps de voler
Hors de la vue de tous, hors du temps, loin de tous les mensonges

Un rossignol dans une cage dorée
C’est moi, enfermé dans le labyrinthe de la réalité
Que quelqu’un vienne illuminer mon cœur lourd
Qu’on me détruise pour me redonner vie

Un rossignol dans une cage dorée
C’est moi, enfermé dans le labyrinthe de la réalité
Que quelqu’un vienne illuminer mon cœur lourd
Tout commence avec une berceuse

 

Le Dernier Sur Les Terres Sauvages

La nature sauvage dort et je voyage dans mes pensées
Au dessus des forêts et des eaux calmes
Dame Lune éclaire le ciel
Et peint le monde dans des tons nordiques

Est-ce un rêve ?
Ou bien la mort vers laquelle je veux revenir
Cet endroit où la braise perd tout espoir sous la neige
Alors que j’entre dans le monde, l’ère sauvage

 La première neige est tombée deux fois
Pour peindre la peinture de mon âme

Cette beauté vigoureuse et solitude infinie
De la forêt et du ciel de mon enfance
Cette beauté résonne pendant tout mon voyage
Alors que le jour se lève, la nuit raconte son histoire
Vigoureuse est la beauté et ma solitude infinie
Voilà ce dont l’homme rêve pour son âme
La tombe de mon berceau, le lieu où se trouve ma tombe
Est le dernier endroit des terres sauvages

Où sont partis les autres ?
Les sorcières des marécages, les tours des jeunes filles
et les conifères des ombres
J’ai planté un muguet dans la neige éternelle
Et, quand le silence est arrivé, j’ai placé tous mes espoirs dans le futur

 La première neige est tombée deux fois
Pour peindre la peinture de mon âme

Cette beauté vigoureuse et solitude infinie
De la forêt et du ciel de mon enfance
Cette beauté résonne pendant tout mon voyage
Alors que le jour se lève, la nuit raconte son histoire
Vigoureuse est la beauté et ma solitude infinie
Voilà ce dont l’homme rêve pour son âme
La tombe de mon berceau, le lieu où se trouve ma tombe
Est le dernier endroit des terres sauvages