Les Paroles & Traductions

Imaginaerum
Imaginaerum

Taikatalvi
Storytime
Ghost River
Slow, Love, Slow
I Want My Tears Back
Scaretale
Arabesque
Turn Loose The Mermaids
Rest Calm
The Crow, The Owl And The Dove
Last Ride Of The Day
Song Of Myself
Imaginaerum

bonus track :
The Heart Asks Pleasure First

Taikatalvi

Lapsistain rakkain tää näyttämö on
Mis kuutamo kujillaan kulkee
Taipunut havu, kesä hoivassa sen
Valkomeren niin aavan
Joka aavekuun siivin
Saapuu mut kotiin noutamaan

Päällä talvisen maan hetki kuin ikuisuus
Mi pienen kissan jaloin luokseni hiipii
Tääl tarinain lähteellä asua saan mis
Viulu valtavan kaihon
Ikisäveltään maalaa
Laulullaan herättää maan

 

Storytime

`Twas the night before
When all through the world
No words, no dreams, then one day

A writer by a fire
Imagined all Gaia
Took a journey into a child-man`s heart

A painter on the shore
Imagined all the world
Within a snowflake on his palm

Unframed by poetry
A canvas of awe
Planet Earth falling back into the stars

I am the voice of Never-Never-Land
The innocence, the dreams of every man
I am the empty crib of Peter Pan

A silent kite against the blue, blue sky
Every chimney, every moonlit sight
I am the story that will read you real
Every memory that you hold dear

I am the journey
I am the destination
I am the home
The tale that reads you

A way to taste the night
The elusive high
Follow the madness
Alice, you know once did

Imaginarium
A dream emporium
Caress the tales
And they will dream you real

A storyteller`s game
Lips that intoxicate
The core of all life is a limitless chest of tales

I am the voice of Never-Never-Land
The innocence, the dreams of every man
I am the empty crib of Peter Pan

A silent kite against the blue, blue sky
Every chimney, every moonlit sight
I am the story that will read you real
Every memory that you hold dear

I am the voice of Never-Never-Land
The innocence, the dreams of every man
Searching heavens for another Earth

 

Ghost River

It`s a long road down the river deep `n wild
Every twist and turn a wonder-dale
It`s a scary ride we`d give anything to take
Let yourself bleed
Leave a footprint on every island you see

Hey you, child of rape, the riverbed awaits
Snow white, pitch-black, your life such strife
Heavenward, deep down, I`ll show you such sights
Believe it, we live as we dream / scream

"He will go down he will drown drown, deeper down
The river wild will take your only child
He will go down he will drown drown deeper down
The mills grind slow in a riverbed ghost town


He will go down he will drown drown, deeper down
If you want me, then do come across"

What is it you dream of, child of mine?
The magic ride, the mermaid cove?
Never met a kinder heart than yours
Let it bleed
Leave a footprint on every island you see

"I am the painted faces, the toxic kiss
Sowing of doubt, troll beneath the bridge
Come across
Death by a thousand cuts
Believe it, we live as we dream / scream"

"I am the desert-scape, the sand inside your hourglass
I am the fear and abuse, the leper children
Every eye sewn shut"

"We will go down we will drown drown, deeper down
The river wild will be our last ride
We will go down we will drown drown, deeper down
The mills grind slow in a riverbed ghost town"


Beautifully shy as you are
Never lose your heart
And do come across

 

Slow, Love, Slow

Come and share this painting with me
Unveiling of me, the magician that never failed

This deep sigh coiled around my chest
Intoxicated by a major chord
I wonder
Do I love you or the thought of you?

Slow, love, slow
Only the weak are not lonely

Southern blue, morning dew
Let-down-your-guards, I-love-you`s
Ice-cream castles, lips-to-ear rhymes
A slumber deeper than time

Slow, love, slow
Only the weak are not lonely

 

I Want My Tears Back

I want my tears back

The treetops, the chimneys
The snowbed stories, winter grey
Wildflowers, those meadows of heaven, wind in the wheat

A railroad across waters
The scent of grandfatherly love
Blue bayous, Decembers
Moon through a dragonfly`s wings

Where is the wonder where`s the awe
Where`s dear Alice knocking on the door
Where`s the trapdoor that takes me there
Where the real is shattered by a Mad March Hare

Where is the wonder where`s the awe
Where are the sleepless nights I used to live for
Before the years take me
I wish to see
The lost in me

I want my tears back
I want my tears back now

A ballet on a grove, still growing young all alone
A rag doll, a best friend, the voice of Mary Costa

 

Scaretale

Once upon a time in a daymare
Dying to meet you, little child
Enter enter this sideshow

Time for bed the cradle still rocks
13 chimes on a dead man`s clock, tick-tock, tick-tock, tick-tock

The bride will lure you, cook you, eat you
Your dear innocence boiled to feed the evil in need of fear

Burning farms and squealing pigs
A pool of snakes to swim with
Oh sweet poison bite me bite me

" Ladies and gentlemen
Be heartlessly welcome!
To Cirque De Morgue
And what a show we have for you tonight! "

Restless souls will put on their dancing shoes
Mindless ghouls with lot of limbs to lose
Illusionists, contortionist,
Tightrope - walkers tightening the noose

Horde of spiders, closet tentacles
Laughing harpies with their talons ripping
Sher-chrisss, per-vizzz

The pendulum still sways for you
Such are the darks here to show you, child in a corner,
Fallen mirrors, all kingdom in cinders

 

Arabesque

instrumental

 

Turn Loose The Mermaids

A kite above a graveyard grey
At the end of the line far far away
A child holding on to the magic of birth and awe

Oh, how beautiful it used to be
Just you and me far beyond the sea
The waters, scarce in motion
Quivering still

At the end of the river the sundown beams
All the relics of a life long lived
Here, weary traveller rest your wand
Sleep the journey from your eyes

Good journey, love, time to go
I checked your teeth and warmed your toes
In the horizon I see them coming for you

The mermaid grace, the forever call
Beauty in spyglass on an old man`s porch
The mermaids you turned loose brought back your tears

 

Rest Calm

I went to die in a seaside hotel
Lanes of memory paved by sweet frozen moments

Deathbed memories of home
Never let me go

Every little memory resting calm in me
Resting in a dream
Smiling back at me
The faces of the past keep calling me to come back home
To caress the river with awe
Within there`s every little memory resting calm with me
Resting in a dream
Smiling back at me
The faces of the past keep calling me to come back home
Rest calm and remember me

You are the moon pulling my black waters
You are the land in my dark closet
Stay by my side until it all goes dark forever
When silent the silence comes closer

 

The Crow, The Owl And The Dove

A crow flew to me
Kept its distance
Such a proud creation
I saw its soul, envied its pride
But needed nothing it had

An owl came to me
Old and wise
Pierced right through my youth
I learned its ways, envied its sense
But needed nothing it had

Don`t give me love
Don`t give me faith
Wisdom nor pride
Give innocence instead

Don`t give me love
I`ve had my share
Beauty nor rest
Give me truth instead

A dove came to me
Had no fear
It rested on my arm
I touched its calm, envied its love
But needed nothing it had

A swan of white she came to me
The lake mirrored her beauty sweet
I kissed her neck, adored her grace
But needed nothing she could give

Gar tuht river
Ger te rheged

 

Last Ride Of The Day

We live in every moment but this one
Why don`t we recognize
The faces loving us so

What`s God if not the spark that started life
Smile of a stranger
Sweet music, starry skies
Wonder, mystery, wherever my road goes
Early wake-ups in a moving home
Scent of fresh-mown grass in the morning sun
Open theme park gates waiting for

Riding the day, every day into sunset
Finding the way back home

Once upon a night we`ll wake to the carnival of life
The beauty of this ride ahead such an incredible high
It`s hard to light a candle
Easy to curse the dark instead
This moment the dawn of humanity
The last ride of the day

Wake up, Dead Boy
Enter adventureland
Tricksters, magicians will show you all that´s real
Careless jugglers, snakecharmers by your trail
Magic of a moment
Abracadabra

 

Song Of Myself

1. From A Dusty Bookshelf

instrumental

2. All That Great Heart Lying Still

The nightingale is still locked in the cage
The deep breath I took still poisons my lungs
An old oak sheltering me from the blue
Sun bathing on its dead frozen leaves

A catnap in the ghost town of my heart
She dreams of storytime and the river ghosts
Of mermaids, of Whitman`s and the Ride
Raving harlequins, gigantic toys

A song of me a song in need
Of a courageous symphony
A verse of me a verse in need
Of a pure-heart singing me to peace

All that great heart lying still and slowly dying
All that great heart lying still on an angelwing

All that great heart lying still
In silent suffering
Smiling like a clown until the show has come to an end
What is left for encore
Is the same old Dead Boy`s song
Sung in silence
All that great heart lying still and slowly dying
All that great heart lying still on an angelwing

A midnight flight into Covington Woods
A princess and a panther by my side
These are Territories I live for
I`d still give my everything to love you more

3. Piano Black

A silent symphony
A hollow opus #1,2,3

Sometimes the sky is piano black
Piano black over cleansing waters

Resting pipes, verse of bore
Rusting keys without a door

Sometimes the within is piano black
Piano black over cleansing waters

All that great heart lying still and slowly dying
All that great heart lying still on an angelwing

4. Love

I see a slow, simple youngster by a busy street,
With a begging bowl in his shaking hand.
Trying to smile but hurting infinitely. Nobody notices.
I do, but walk by.

An old man gets naked and kisses a model-doll in his attic.
It`s half-light and he`s in tears.
When he finally comes his eyes are cascading.

I see a beaten dog in a pungent alley.
He tries to bite me.
All pride has left his wild drooling eyes.
I wish I had my leg to spare.

A mother visits her son, smiles to him through the bars.
She`s never loved him more.

An obese girl enters an elevator with me.
All dressed up fancy, a green butterfly on her neck.
Terribly sweet perfume deafens me.
She`s going to dinner alone.
That makes her even more beautiful.

I see a model`s face on a brick wall.
A statue of porcelain perfection
Beside a violent city kill.
A city that worships flesh.

The 1st thing I ever heard was a wandering man
Telling his story
It was you, the grass under my bare feet
The campfire in the dead of the night
The heavenly black of sky and sea

It was us
Roaming the rainy roads, combing the gilded beaches
Waking up to a new gallery of wonders every morn
Bathing in places no-one`s seen before
Shipwrecked on some matt-painted island
Clad in nothing but the surf - beauty`s finest robe

Beyond all mortality we are
Swinging in the breath of nature
In early air of the dawn of life
A sight to silence the heavens

I want to travel where life travels, following its permanent lead
Where the air tastes like snow music
Where grass smells like fresh-born Eden
I would pass no man, no stranger
No tragedy or rapture
I would bathe in a world of sensation
Love, Goodness, and Simplicity
( While violated and imprisoned by technology )

The thought of my family`s graves was the only moment
I used to experience true love
That love remains infinite
As I`ll never be the man my father is

How can you "just be yourself"
When you don`t know who you are?
Stop saying "I know how you feel"
How could anyone know how another feels?

Who am I to judge a priest, beggar
Whore, politician, wrongdoer?
I am, you are, all of them already

Dear child, stop working, go play
Forget every rule
There`s no fear in a dream

"Is there a village inside this snowflake?"
- a child asked me
"What`s the color of our lullaby?"

I`ve never been so close to truth as then
I touched its silver lining

Death is the winner in any war
Nothing noble in dying for your religion
For your country
For ideology, for faith
For another man, yes

Paper is dead without words
Ink idle without a poem
All the world dead without stories
Without love and disarming beauty

Careless realism costs souls

Ever seen the Lord smile?
All the care for the world made Beautiful a sad man?
Why do we still carry a device of torture around our necks?
Oh, how rotten your pre-apocalypse is
All you bible-black fools
Living over nightmare ground

I see all those empty cradles and wonder
If man will ever change

I, too, wish to be a decent manboy
But all I am
Is smoke and mirrors
Still given everything, may I be deserving

And there forever remains that change from G to Em

 

Imaginaerum

instrumental

 

The Heart Asks Pleasure First

Silent night surrounding me
On the shore of wistful sea
A kindest heart made me believe
The world as I wish it to be

Wind in the wheat
Kiss by a hearth
Little hideaways for a lonely heart

Cast away in beauty’s gloom
The good in me, the child within
A cruelest heart made me forget
The world as I wish it to be

Home inside, but lost for life
Human heart longing for love
Slave to the toil, this mortal coil
The strife, the suffering, the void

Wind in the wheat
Kiss by a hearth
A dead calm winter morn,
Morning birds, and a smile of a stranger

Frozen moments in time
Little hideaways, the marrow of life
Little hideaways for a lonely heart

Wind in the wheat
Kiss by a hearth
Little hideaways for a lonely heart

Silent night surrounding me
On the shore of wistful sea
A kindest heart made me believe
The world as I wish it to be

 

Magie Hivernale

Parmi mes enfants, celui qui m'est le plus cher est cette scène
Dans les allées de laquelle la lune progresse
Brin courbé, l'été est confié à
L'Océan Blanc si vaste
Qui, avec les ailes d'une lune fantomatique,
Arrive pour me ramener chez moi

Sur la terre d'hiver, un instant d'éternité
Qui, avec des pattes de chaton, glisse vers moi
Ici à l'origine du conte, je peux vivre, là où
Un violon à la nostalgie immense
Peint sa mélodie éternelle
Avec sa chanson, il réveille la Terre

 

L'heure du Conte

C'était la veille
Alors que, partout dans le monde:
Pas de mot, pas de rêve; et puis un jour

Un écrivain près d'un feu
Imagina Gaïa
Et partit en voyage dans son cœur d'homme-enfant

Un peintre sur la rive
Imagina le monde entier
En un flocon de neige dans sa paume

Libre du cadre de la poésie
Une toile d'admiration
La planète Terre tombe dans les étoiles à nouveau

Je suis la voix du Pays Imaginaire
L'innocence, les rêves de chaque homme
Je suis le berceau vide de Peter Pan

Un cerf-volant silencieux sur le ciel bleu azur
Chaque cheminée, chaque vue au clair de lune
Je suis l'histoire qui fera de toi une réalité
Chaque souvenir qui t'est cher

Je suis le voyage
Je suis la destination
Je suis la maison
Le conte qui te narre

Une façon de goûter à la nuit
Au sommet insaisissable
Suis la folie
Alice l'a fait autrefois, comme tu sais

Imaginarium
Un marché du rêve
Caresse les contes
Et, par leurs rêves, ils feront de toi une réalité

Le jeu d'un conteur
Des lèvres qui enivrent
Le cœur de toute vie est un coffre de contes inépuisable

Je suis la voix du Pays Imaginaire
L'innocence, les rêves de chaque homme
Je suis le berceau vide de Peter Pan

Un cerf-volant silencieux sur le ciel bleu azur
Chaque cheminée, chaque vue au clair de lune
Je suis l'histoire qui fera de toi une réalité
Chaque souvenir qui t'est cher

Je suis la voix du Pays Imaginaire
L'innocence, les rêves de chaque homme
Je cherche une autre Terre dans les cieux

 

Rivière Fantôme

Le chemin est long jusqu’à la rivière profonde et déchainée
Chaque tour et détour est une vallée de merveilles
C’est un trajet effrayant qu’on voudrait faire à tout prix
Laisse toi saigner
Laisse une empreinte sur chaque île que tu vois

Hé toi, enfant de viol, le lit de la rivière attend
Blanche comme neige, noire comme du charbon, ta vie est un tel conflit
Vers le ciel, les profondeurs, je te montrerai de tels horizons
Sois-en sûr, nous vivons comme nous rêvons/crions

« Il descendra, il se noiera, plus profond encore
La rivière déchainée s’emparera de ton unique enfant
Il descendra, il se noiera, plus profond encore
Les moulins tournent doucement
Dans une ville fantôme au creux d’un lit de rivière

Il descendra, il se noiera, plus profond encore
Si tu me veux, alors traverse donc »

A quoi rêves-tu, mon enfant ?
Au tour de magie, à la crique de la sirène?
Je n’ai jamais rencontré de cœur plus bon que le tiens
Laisse le saigner
Laisse une empreinte sur chaque île que tu vois

« Je suis les visages peints, le baiser toxique
La semence du doute, le troll sous le pont
Traverse
La mort causée par un millier d’entailles
Sois-en sûr, nous vivons comme nous rêvons/crions»

« Je suis le paysage désertique, le sable dans ton sablier
Je suis la peur et l’abus, les enfants lépreux
Chaque œil aux paupières cousues entre elles »

« Nous descendrons, nous nous noierons, plus profond encore
La rivière déchainée sera notre dernier voyage
Nous descendrons, nous nous noierons, plus profond encore
Les moulins tournent doucement
Dans une ville fantôme au creux d’un lit de rivière »

Avec la belle timidité dont tu fais preuve
Ne perds jamais courage
Et traverse donc

 

Doucement, l’amour, doucement

Viens partager cette peinture avec moi
Mon dévoilement, le magicien qui n’a jamais échoué

Ce soupir profond enroulé autour de ma poitrine
Intoxiqué par un accord majeur
Je me demande
Est-ce que je t’aime ou est-ce que j’aime l’idée de ta présence ?

Doucement, l’amour, doucement
Seuls les faibles ne se sentent pas seuls

Bleu du sud, rosée du matin
Des « baisse ta garde », des « je t’aime »
Des châteaux de crème glacée, des rimes de bouche à oreille
Un sommeil plus profond que le temps

Doucement, l’amour, doucement
Seuls les faibles ne se sentent pas seuls

 

Je veux retrouver mes larmes

Je veux retrouver mes larmes

La cime des arbres, les cheminées
Les histoires de manteau de neige, le gris hivernal
Des fleurs sauvages, ces prairies divines, avec du vent dans le blé

Un chemin de fer qui traverse les eaux
L’odeur de l’amour d’un grand-père
Les bayous bleus, les mois de décembre
La lune à travers les ailes d’une libellule

Où est l’émerveillement, où est le respect admiratif
Où est cette chère Alice qui frappe à la porte
Où est la trappe qui me mène
Là où la réalité est brisée par un Lièvre de Mars fou

Où est l’émerveillement, où est le respect admiratif
Où sont les nuits blanches pour lesquelles je vivais
Avant que les années m’emportent
Je souhaite voir
Ce qui est perdu en moi

Je veux retrouver mes larmes
Je veux retrouver mes larmes maintenant

Un ballet sur un bosquet, qui rajeunit encore tout seul
Une poupée de chiffon, un meilleur ami, la voix de Mary Costa

 

Conte d’épouvante

Il était une fois, dans un cauchemar éveillé
Je meurs d’envie de te rencontrer, jeune enfant
Entre, entre dans l’attraction

Il est l’heure de se coucher, le berceau se balance encore
13 coups sonnés à la montre d’un homme mort, tic-tac, tic-tac, tic-tac

La mariée va t'attraper, te cuire et te manger
Ta belle innocence est bouillie pour nourrir le Mal en mal de peur

Des fermes en flammes et des cochons qui hurlent
Une mare de serpents avec qui nager
Oh doux poison, mords-moi, mords-moi

« Mesdames et messieurs,
Soyez les malvenus
Au Cirque de Morgue
Et quel spectacle avons-nous pour vous ce soir ! »

Des âmes tourmentées mettront leurs chaussons de danse
Des goules écervelées qui ont de nombreux membres à perdre
Des illusionnistes, contorsionnistes,
Équilibristes qui resserrent le nœud coulant

Des hordes d’araignées, tentacules du placard
Des harpies qui rient pendant que leurs griffes déchirent
Sher-chrisss, per-vizzz

Le pendule se balance encore pour toi
Telles sont les ténèbres que tu peux voir ici : un enfant dans un coin,
Des miroirs tombés, tout le royaume en cendre

 

Arabesque

instrumental

 

Libère les sirènes

Un cerf-volant au-dessus d’un gris caverneux
Au bout de la corde, au lointain,
Un enfant s’accroche à la magie de la naissance et du respect

Oh, comme c’était beau
Rien que toi et moi au-delà de la mer
Les eaux à peine en mouvement
Frémissant calmement

Au bout de la rivière le coucher de soleil rayonne
Toutes les reliques d’une vie bien vécue
Viens, voyageur épuisé, pose ton baton
Dors et laisse le voyage quitter tes yeux

Bon voyage, mon amour, il est l’heure de partir
J’ai examiné tes dents et réchauffé tes orteils
A l’horizon, je les vois venir te chercher

La grâce de la sirène, l’appel éternel
La beauté dans une longue vue, sous le porche d’un vieil homme
Les sirènes que tu as libérées ont rapporté tes larmes

 

Repose calmement

Je suis allé mourir dans un hôtel au bord de la mer
Les chemins vers ma mémoire sont pavés de doux moments gelés

Souvenirs de la maison, sur mon lit de mort
Ne me laisse jamais partir

Chaque petit souvenir repose calmement en moi
Repose dans un rêve
Me sourit
Les visages du passé ne cessent de me demander de rentrer
Pour caresser la rivière respectueusement
En moi, il y a chaque petit souvenir qui repose avec moi
Repose dans un rêve
Me sourit
Les visages du passé ne cessent de me demander de rentrer
Repose calmement et souviens toi de moi

Tu es la lune qui attire mes eaux obscures
Tu es le pays dans mon placard sombre
Reste à mes côtés jusqu’à ce qu’il fasse noir à tout jamais
Lorsque le silence, silencieux, se rapprochera

 

Le corbeau, la chouette et la colombe

Un corbeau vola vers moi
Garda ses distances
Quelle fière création!
Je vis son âme, envia sa fierté
Mais je ne désirai rien de ce qu’il possédait

Une chouette vint à moi
Agée et sage
Elle transperça ma jeunesse
J’appris ses manières, envia sa raison
Mais je ne désirai rien de ce qu’elle possédait

Ne m’offre pas l’amour
Ne m’offre pas la foi
Ni la sagesse, ni la fierté
Offre moi plutôt l’innocence

Ne m’offre pas l’amour
J’ai eu ma part
Ni la beauté, ni le repos
Offre moi plutôt la vérité

Une colombe vint à moi
Elle n’avait pas peur
Elle se posa sur mon bras
Je toucha son calme, envia son amour
Mais ne désirai rien de ce qu’elle possédait

Un cygne blanc vint à moi
Le lac refléta sa douce beauté
J’embrassai son cou, j’adorai sa grâce
Mais ne désirai rien de ce qu’elle pouvait offrir

Gar tuht river
Ger te rheged

 

Dernier tour de la journée

Nous vivons dans chaque instant sauf dans celui-ci
Pourquoi ne reconnaissons-nous pas
Les visages de ceux qui nous aiment tant ?

Qui est Dieu sinon l’étincelle qui déclencha la vie
Le sourire d’un étranger
De la musique douce, des cieux étoilés
Merveille, mystère, peu importe la direction de ma route
Des réveils de bonne heure dans une maison en mouvement
L’odeur de l’herbe fraichement tondue dans le soleil matinal
Les portes ouvertes d’un parc d’attraction qui attendent

Parcourir la journée, chaque journée dans le coucher du soleil
Trouver son chemin vers la maison

Une nuit, nous nous réveillerons devant le carnaval de la vie
La beauté du tour qui nous attend sera une apothéose incroyable
Il est difficile d’allumer une bougie
Facile au contraire de maudire l’obscurité
Cet instant est l’aube de l’humanité
Le dernier tour de la journée

Réveille toi, garçon mort
Entre dans le pays de l’aventure
Illusionnistes et magiciens te montreront tout ce qui est vrai
Jongleurs négligents et charmeurs de serpents sur ton chemin
La magie d’un instant
Abracadabra

 

Chanson sur moi

1. D’une bibliothèque poussiéreuse

instrumental

2. Ce grand cœur étendu immobile

Le rossignol est toujours enfermé dans la cage
La grande respiration que j’ai prise empoisonne toujours mes poumons
Un vieux chêne m’abrite du bleu
Le soleil se baigne dans ses feuilles mortes et gelées

Un petit somme dans la ville fantôme de mon cœur
Elle rêve qu’il est l’heure du conte et des fantômes de la rivière
Des sirènes, de Whitman et des arlequins de l’attraction délirante,
De jouets gigantesques

Une chanson sur moi, une chanson qui requiert
Une symphonie courageuse
Un vers sur moi, un vers qui requiert
Un cœur pur m’apaisant avec son chant

Ce grand cœur étendu immobile, mourant lentement
Ce grand cœur étendu immobile sur l’aile d’un ange

Ce grand cœur étendu immobile
Dans une souffrance silencieuse
Sourit comme un clown jusqu’à ce que le spectacle soit terminé
Ce qui reste pour le rappel
C’est la chanson habituelle du garçon mort
Chanté en silence
Ce grand cœur étendu immobile, mourant lentement
Ce grand cœur étendu immobile sur l’aile d’un ange

Un vol de minuit dans les Bois de Covington
Une princesse et une panthère à mes côtés
Voici les territoires pour lesquels je vis
Je donnerai encore tout pour t’aimer d’avantage

3. Noir comme un piano

Une symphonie silencieuse
Un opus creux #1, 2, 3

Parfois, le ciel est noir comme un piano
Noir comme un piano, au-dessus d’eaux purifiantes

Des tuyaux d’orgues qui se reposent, un vers d’ennui
Des clés qui rouillent sans porte

Parfois, notre for intérieur est noir comme un piano
Noir comme un piano, au-dessus d’eaux purifiantes

Ce grand cœur étendu immobile, mourant lentement
Ce grand cœur étendu immobile sur l’aile d’un ange

4. Amour

Je vois un jeune, lent et simple, près d’une rue fréquentée,
Avec une sébile dans sa main tremblante.
Il essaie de sourire mais souffre infiniment. Personne ne le remarque.
Moi si, mais je continue à marcher.

Un vieil homme nu embrasse un mannequin dans son grenier.
Il est dans la pénombre et il est en pleurs.
Quand enfin il jouit, de ses yeux coulent des flots.

Je vois un vieux chien dans une allée nauséabonde.
Il essaie de me mordre.
Toute fierté a quitté ses yeux sauvages et baveux.
Si seulement je pouvais y laisser ma jambe.

Une mère rend visite à son fils, lui sourit à travers les barreaux.
Elle ne l’a jamais autant aimé.

Une fille obèse entre dans l’ascenseur avec moi.
Habillée sur son trente-et-un, un papillon vert dans le cou.
Son parfum terriblement sucré m’assourdit.
Elle va diner seule.
Cela la rend encore plus belle.

Je vois le visage d’un mannequin sur un mur de brique.
Une statue de perfection de porcelaine
Aux côtés d’un meurtre urbain violent.
Une ville qui idolâtre la chair.

La première chose que j’ai jamais entendue fut un homme errant, racontant son histoire
C’était toi, l’herbe sous mes pieds nus
Le feu de camp au plus profond de la nuit
Le noir divin du ciel et de la mer

C’était nous
Parcourant les routes pluvieuses, peignant les plages dorées
Nous réveillant devant une nouvelle galerie de merveilles chaque matin
Nous baignant dans des endroits que personne n’avait vu auparavant
Faisant naufrage sur une ile aux couleurs mattes
Vêtus de rien d’autre que les vagues, la plus belle tenue de beauté

Au-delà de toute mortalité
Nous nous balançons dans le souffle de la nature
Dans l’air prématuré de l’aube de la vie
Un soupir pour faire taire les cieux

Je veux voyager là où la vie voyage, suivant son sillage permanent
Là où l’air a le gout de la musique de la neige
Là où l’herbe sent comme l’Eden nouvellement née
Je ne laisserai passer aucun homme, aucun étranger
Aucune tragédie ni ravissement
Je me baignerais dans un monde de sensation
Amour, Bonté, et Simplicité
(Alors que je serais violenté et emprisonné par la technologie)

Penser à la tombe de ma famille fut le seul moment
Où j’expérimentais l’amour vrai
Cet amour reste infini
Puisque je ne serai jamais l’homme que mon père est

Comment peut-on « rester soi-même »
Lorsque l’on ne sait pas qui on est ?
Arrêtez de dire « Je sais ce que tu ressens »
Comment quelqu’un pourrait savoir ce qu’un autre ressent ?

Qui suis-je pour juger un prêtre, un mendiant
Une putain, un politicien, un malfaiteur ?
Je suis, tu es, déjà, tout ceux-là

Cher enfant, arrête de travailler, va jouer
Oublie toute règle
Il n’y a pas de peur dans un rêve

« Y a-t-il un village dans ce flocon de neige ? »
Un enfant me demanda
« De quelle couleur est notre berceuse ? »

Je n’ai jamais été aussi proche de la vérité qu’à cet instant là
J’ai touché ses bons côtés

La mort est le vainqueur de chaque guerre
Aucune noblesse à mourir pour sa religion
Pour son pays
Pour une idéologie, pour sa foi
Pour un autre homme, oui

Sans mots, le papier est mort
Sans poème, l’encre est vaine
Sans histoire, le monde entier est mort
Sans amour ni beauté désarmante

Le réalisme irréfléchi coute des âmes

Avez-vous déjà vu le Seigneur sourire ?
Toute l’attention portée au monde rendre Beau un homme triste ?
Pourquoi avons-nous encore un appareil de torture autour du cou ?
Oh, comme votre pré-apocalypse est putride
Vous tous, imbéciles noirs comme la Bible
Vous vivez sur une terre de cauchemars

Je vois tous ces berceaux vides et me demande
Si l’Homme changera un jour

Moi aussi, je souhaite être un homme-enfant honnête
Mais de tout ce que je suis
On n’y voit que du feu
Même si on me donne tout, puis-je être méritant

Et, pour toujours, il reste alors ce changement de Sol à Mi mineur

 

Imaginaerum

instrumental

 

Le Coeur Demande D'abord du Plaisir

Une douce nuit m'envahit
Sur la rive d'une mer mélancolique
Un coeur meilleur m'a fait croire
Que le monde était comme je le souhaitais

Le vent dans le blé
La chaleur d'un foyer
Des petits refuges pour un coeur solitaire

Rejeté dans la tristesse de la beauté
Le bon en moi, l'enfant à l'intérieur
Un coeur plus cruel m'a fait oublié
Le monde que j'aurai souhaité

La maison est à l'intérieur mais perdue à jamais
Le coeur humain cherche encore l'amour
Esclave de la peine, ce tourbillon mortel
La lutte, la souffrance, le vide

Le vent dans le blé
La chaleur d'un foyer
Un matin d'hiver aussi calme que la mort
Le chant matinal des oiseaux et le sourire d'un étranger

Des moments figés dans le temps
Des petits refuges, le moelle de la vie
Des petits refuges pour un coeur solitaire

Le vent dans le blé
La chaleur d'un foyer
Des petits refuges pour un coeur solitaire

Une douce nuit m'envahit
Sur la rive d'une mer mélancolique
Un coeur meilleur m'a fait croire
Que le monde était comme je le souhaitais