Les Paroles & Traductions

Endless Forms Most Beautiful
Endless Forms Most Beautiful

Shudder Before The Beautiful
Weak Fantasy
Élan
Yours Is An Empty Hope
Our Decades In The Sun
My Walden
Endless Forms Most Beautiful
Edema Ruh
Alpenglow
The Eyes Of Sharbat Gula
The Greatest Show On Earth

bonus track :
Sagan

Shudder Before The Beautiful

The deepest solace lies in understanding,
This ancient unseen stream,
A shudder before the beaufitul

Awake, Oceanborn
Behold this force
Bring the outside in
Explode the self to epiphany

The very core of life
The soaring high of truth and light
The music of this awe
Deep silence between the notes
Deafens me with endless love
This vagrant island Earth
A pilgrim shining bright
We are shuddering before the beautiful
Before the plentiful
We, the voyagers

Tales from the seas
Cathedral of green

The unknown, the grand show, the choir of the stars
Interstellar theatre play, the nebulae curtain falls
Imagination, evolution, a species from the vale
Walks in wonder in search of the source of the tale

 

Weak Fantasy

These stories given to us all
Are filled with sacrifice and robes of lust
Dissonant choirs and downcast eyes
Selfhood of a condescending ape

Behold the crown of a heavenly spy
Forged in blood of those who defy
Kiss the ring, praise and sing
He loves you dwelling in fear and sin

Fear is a choice you embrace

Your only truth
Tribal poetry
Witchcraft filling your void
Lust for fantasy
Male necrocracy
Every child worthy of a better tale

Pick your author from à la carte fantasy
Filled with suffering and slavery
You live only for the days to come
Shoveling trash of the upper caste

Smiling mouth in a rotting head
Sucking dry the teat of the scared
A storytelling breed we are
A starving crew with show-off toys

Fear is a choice you embrace

From words into war of the worlds
This one we forsake with scorn
From lies the strength of our love
Mother’s milk laced with poison for this newborn

Wake up child, I have a story to tell
Once upon a time

 

Élan

Leave the sleep and let the springtime talk
In tongues from the time before man
Listen to a daffodil tell her tale
Let the guest in, walk out, be the first to greet the morn

The meadows of heaven await harvest
The cliffs unjumped, cold waters untouched
The elsewhere creatures yet unseen
Finally your number came up, free fall awaits the brave

Come
Taste the wine
Race the blind
They will guide you from the light
Writing noughts till the end of time
Come
Surf the clouds
Race the dark
It feeds from the runs undone
Meet me where the cliff greets the sea

The answer to the riddle before your eyes
Is in dead leaves and fleeting skies
Returning swans and sedulous mice
Writings on the gardens book, in the minute of a lover's look

Building a sandcastle close to the shore
A house of cards from a worn out deck
A home from the fellowship, poise and calm
Write a lyric for the song only you can understand

Riding hard every shooting star
Come to life, open mind, have a laugh at the orthodox
Come, drink deep let the dam of mind seep
Travel with great élan, dance a jig at the funeral

Come!

 

Yours Is An Empty Hope

Tear me to bits enjoy the scene
Of screen name verbal vanity
Churning the words imbued in filth
Your tongue oily water under my bridge

You have the world, it's all for you
I wih you'd find the lost in you
Grateful for the pain,
it proves we're alive
Can you feel it

I can't make you want the truth
It's up to you

Yours is an empty hope
Yours is an empty hope

Feed me to pigs in your fantasies
Your sea roars bitter elegies
Like narcissus who bribes the pool
A hollow voice, ruin with a roof

Stop! Life is now, still all for you
Turn from the hate, turn from the smoke
I see the parchment of your soul
The notes, the song
Join your voice

I can let you have the world
It's all for you

Yours is an empty hope
Yours is an empty hope

 

Our Decades In The Sun

I climbed off your back
Not so long ago
To a blooming meadow
To a path you’d made for the lightest feet

Mother
I am always close to you
I will be waving every time you leave
Oh, I am you
The care, the love, the memories
We are the story of one

Father
I am always close to you
I will be waving every time you leave
Oh, I am you
The care, the love, the memories
You are forever in me

This verse we wrote
On a road home
For you
All this for you

Our walk has been sublime
A soaring ride and gentle lead
You have the heart of a true friend
One day we’ll meet on that shore again

 

My Walden

Sain y niwl,
Gaunt y goydwig fwsog,
Gwenithfaen, cen y coed, a’r lleuad,
Un gway f’adenydd I dapestri Bywyd

Light shines bright beyond all the cities of gold
On a road of birdsong and chocolate shops
Of buskers, jugglers, innkeeper’s welcoming call
The sound of mist, smell of moss-grown woods

Weaving my wings from many-colored yarns
Flying higher, higher, higher
Into the wild
Weaving my world into tapestry of life
Its fire golden
In my Walden

I will taste the manna in every tree
Liquid honey and wine from the distant hills
An early morning greenwood concerto
Greets my Walden with its eternal voice

I do not wish to evade the world
Yet I will forever build my own
Forever build my own
Forever my home

 


 

Endless Forms Most Beautiful

Come on, hop on, let’s take a ride
Come and meet the travelers who came to town
They have a tale from the past to tell
From the great dark between the stars

We are a special speck of dust
A fleeting moment on an ark
A celebration, a resthaven
Of life

Lay on field of green
With mother Eve
With father pine reaching high
Look at yourself in the eyes of aye-aye
Unfolding rendezvous

Deep into the past
Follow the aeon path
Greet a blade of grass
Every endless form most beautiful
Alive, aware, in awe
Before the grandeur of it all
Our floating pale blue ark
Of endless forms most beautiful

Beyond aeons we take a ride
Welcoming the shrew that survived
To see the tiktaalik take her first walk
Witness the birth of flight

Deeper down in Panthalassa
A eukaryote finds her way
We return to the very first one
Greet the one we’ll soon become

 

Edema Ruh

One by one we light the candles of this show
One by one, enter the theatre of the primal birth
Silently watch the planetary curtain go down
Laugh and rejoice,
as the powerful play greets you tonight

We are the Edema Ruh
We know the songs the sirens sang
See us dream every tale true
The verse we leave with you will take you home

We’ll give you a key to open all of the gates
We’ll show you a sea of starlight
to drown all you cares
Mirrorhouses, the sweetest kisses and wines
A Debussy dialogue between wind and the roaring sea

Dance to the whistle, to the play, to the story
To infinite encores
Laugh at the royalty with sad crowns
And repeat the chorus once more

 

Alpenglow

Once upon a time a song was heard
Giving birth to a child of Earth and verse

Together we slay another fright
Every jubjub bird, spooks of the past
Close your eyes and take a peek
The truth is easy to see

We were here
Roaming on the endless prairie
Writing an endless story
Building a Walden of our own
We were here
Grieving the saddened faces
Conquering the darkest places
Time to rest now and to finish the show
And become the music, one with alpenglow

Hand in hand guiding me into light
You, the fairytale guise in blue and white

You are my path my home my star
A beautiful tale within the tale
And when the dust needs to move on
I will tuck us in on a bed of snow
Painting white,
silencing the valley we built
Together we’ll sleep
Devoured by life

 

The Eyes Of Sharbat Gula

(instrumental)

 

The Greatest Show On Earth

1.) Four Point Six

Archaean Horizon
The first sunrise
On a pristine gaea
Opus perfectum
Somewhere there, us sleeping

"After sleeping through a hundred million
centuries we have finally opened our eyes
on a sumptuous planet, sparkling
with color, bountiful with life.
Within decades we must close our eyes again.
Isn't it a noble, an enlightened way of spending
our brief time in the sun, to work at
understanding the universe and
how we have come to wake up in it?"

2.) Life

The Cosmic law of gravity
Pulled the newborns around a fire
A careless, cold infinity in every vast direction
Lonely farer in the goldilocks zone
She has a tale to tell
From the stellar nursery into a carbon feast
Enter LUCA

The tapestry of chemistry
There’s a writing in the garden
Leading us to the mother of all

We are one
We are a universe
Forebears of what will be
Scions of the Devonian sea
Aeons pass
Writing the tale of us all
A day-to-day new opening
For the greatest show on Earth

Ion channels welcoming the outside world
To the stuff of stars
Bedding the tree of a biological holy
Enter life

We are here to care for the garden
The wonder of birth
Of every form most beautiful

3.) The Toolmaker

After a billion years
The show is still here
Not a single one of your fathers died young
The handy travelers
Out of Africa
Little Lucy of the Afar

Gave birth to fantasy
To idolatry
To self-destructive weaponry
Enter the god of gaps
Deep within the past
Atavistic dread of the hunted

Enter ionia, the cradle of thought
The architecture of understanding
The human lust to feel so exceptional
To rule the Earth

Hunger for shiny rocks
For giant mushroom clouds
The will to do just as you’d be done by
Enter History, the grand finale
Enter ratkind

Man, he took his time in the Sun
Had a dream to understand
A single grain of sand
He gave birth to poetry
But one day’ll cease to be
Greet the last light of the library

We were here!
We were here!
We were here!
We were here!

4.) The understanding

"We are going to die, and that makes us
the lucky ones. Most people are never
going to die because they are never going
to be born. The potential people who could
have been here in my place but who will in fact never
see the light of day outnumber the sand grains
of Sahara. Certainly those unborn ghosts include
greater poets than Keats, scientists greater
than Newton. We know this because the set of
possible people allowed by our DNA so massively exceeds
the set of actual people. In the teeth of those
stupefying odds it is you and I, in our
ordinariness, that are here. We privileged few,
who won the lottery of birth against all odds, how
dare we whine at our inevitable return to that
prior state from which the vast majority have never stirred?"

5.) Sea-Worn Driftwood

"There is grandeur in this view of life,
with its several powers,
having been originally breathed into
a few forms or into one; and that whilst
this planet has gone cycling on according
to the fixed law of gravity, from so simple
a beginning endless forms most beautiful
and most wonderful have been, and are being, evolved."

 

Sagan

Make me wonder
Make me understand
Spark the light of doubt and a newborn mind
Bring the vast unthinkable down to earth

Always wary of a captive thought
Beware the very first unkind word
See who you are, where from, what of

Entering the unknown
Sending all the poets to the stars
Daring to see beyond the manmade
Woe to you who evade the horizon
Listening to Sagan
Dreaming Carl Sagan
Unseen streams
With understanding no poet is trapped
Woe to all who stop at the horizon

What kind of world would we call home
Our own
Oasis of love, humility and hope
Eradicating all that's not for life

What kind of aim would we call high
What kind of life would bathe in the brightest white
A limitless world will rise
Son of man, dare to let go of cowardice

Un Frémissement Devant La Beauté

Le réconfort le plus profond réside dans la compréhension,
Ce courant invisible et ancien,
Un frémissement devant la beauté

Eveille toi, Enfant de l'océan
Vois cette force
Fais entrer le dehors
Fais exploser le moi en une épiphanie

Le cœur même de la vie
L'élévation par la vérité et la lumière
La musique de cet émerveillement
Le silence profond entre les notes
M'assourdit d'un amour infini
Cette Terre, île vagabonde,
Un pèlerin qui brille
Nous frémissons devant la beauté
Devant l'abondance
Nous, les voyageurs

Contes des mers
Cathédrale de verdure

L’inconnu, le grand spectacle, le chœur des étoiles
Pièce de théâtre interstellaire, le rideau de nébuleuses tombe
Imagination, évolution, une espèce issue de la vallée
Marche, émerveillée, à la recherche de l’origine du conte

 

Faible Imagination

Ces histoires qui nous sont données à tous
Sont remplies de sacrifice et de robes de luxure
Choeurs dissonants et yeux baissés
L’ individualité d’un singe condescendant

Voyez la couronne d’un espion divin
Forgée dans le sang de ceux qui défient
Embrasse l’anneau, rend grâce et chante
Il aime que tu t’attardes dans la peur et le péché

La peur est un choix que tu embrasses

Ta seule vérité
Poésie tribale
La sorcellerie comble ton vide
La luxure pour fantasme
Nécrocratie masculine
Chaque enfant digne d’un conte meilleur

Choisis ton auteur dans ce fantasme sur mesure
Rempli de souffrance et d’esclavage
Tu ne vis que pour les jours à venir
Enfournant les ordures de la caste supérieure

Un sourire sur une tête putréfiée
Aspirant la tétine des peureux
Nous sommes une race de conteurs
Une équipe affamée aux jouets m’as-tu-vu

La peur est un choix que tu embrasses

Des mots à la guerre des mondes
On l’abandonne avec mépris
Des mensonges, force de notre amour
Le lait de la mère mélangé au poison pour ce nouveau-né

Réveille toi, enfant, j’ai une histoire à raconter
Il était une fois

 

Élan

Quitte le sommeil et laisse le printemps parler
Dans des langues antérieures à l’Homme
Écoute la jonquille raconter son histoire
Fais entrer l’invité, sors, sois le premier à accueillir le matin

Les prairies divines attendent la moisson
Les falaises sans sauteur, les eaux froides vierges
Les créatures venues d’ailleurs jamais vues
Enfin, tu as été tiré au sort, la chute libre est réservée aux courageux

Viens
Goûte au vin
Rivalise avec les aveugles
Ils te guideront loin de la lumière
Pour écrire des zéros jusqu’à la fin des temps
Viens
Navigue sur les nuages
Rivalise avec le noir
Il se nourrit des parcours inachevés
Rejoins moi là où la falaise accueille la mer

La réponse à l’énigme devant tes yeux
Se trouve dans les feuilles mortes et le ciel changeant
Les cygnes de retour et les souris assidues
Les écrits dans les livres des jardins, dans la minute du regard amoureux

Construire un château de sable proche du rivage
Un château de cartes d’un jeu usé
Une maison de camaraderie, élégante et calme
Ecris des paroles pour la chanson que toi seul comprends

Fonce sur chaque étoile filante
Prends vie, l’esprit ouvert, ris de l’orthodoxe
Viens t’abreuver, laisse le barrage de l’esprit s’infiltrer
Voyage avec grand élan, danse la gigue à l’enterrement

Viens !

 

Le tiens est un espoir vain

Descends moi en flammes ; admire cette scène
De vanité verbale venant d’un pseudo
Des mots qui bouillonnent, imprégnés de saletés,
Ta langue, c’est de l’eau huileuse qui coule sous mon pont

Tu as le monde ; il est tout à toi
J’aimerais que tu retrouves ce que tu as perdu en toi
Soyons reconnaissant pour la douleur ;
elle prouve que nous sommes en vie
Est-ce que tu la ressens ?

Je ne peux pas te forcer à vouloir la vérité
C’est à toi de décider

Le tiens est un espoir vain
Le tiens est un espoir vain

Fais de moi de la nourriture pour cochons dans tes fantasmes
Ta mer chante des élégies cruelles
Comme Narcisse, qui corrompt les imbéciles
Une voix vide, une ruine avec un toit

Arrête, la vie est désormais encore tout à toi
Détourne toi de la haine; détourne toi de la fumée
Je vois le parchemin de ton âme
Tes notes, la chanson
Ta voix qui s’y joint

Je peux te laisser avoir le monde
C’est tout pour toi

Le tiens est un espoir vain
Le tiens est un espoir vain

 

Nos Décennies Sous Le Soleil

Je suis descendu de ton dos
Il n’y a pas si longtemps
Vers une prairie fleurie
Vers un chemin que tu aurais fait pour les pieds les plus légers

Maman,
Je suis toujours proche de toi
Je te saluerai à chaque fois que tu partiras
Oh, je suis toi
L’attention, l’amour, les souvenirs
Nous sommes l'histoire commune

Papa,
Je suis toujours proche de toi
Je te saluerai à chaque fois que tu partiras
Oh, je suis toi
L’attention, l’amour, les souvenirs
Tu es en moi pour toujours

Nous avons écrit ce couplet
Sur le chemin de la maison
Pour vous
Tout ça est pour vous

Notre promenade fut divine
Un voyage qui fait grandir et un exemple doux
Tu as le cœur d’un véritable ami
Un jour, nous nous rencontrerons sur ce rivage à nouveau

 

Mon Walden*

Le son de la brume,
La forêt moussue,
Le granit, le lichen des arbres et la lune,
Tissent mes ailes dans la tapisserie de la vie

La lumière brille par-delà les villes d’or
Sur la route des chants d’oiseaux et des chocolatiers
Des musiciens de rue, des jongleurs et le salut accueillant des aubergistes
Le son de la brume, l’odeur des bois couverts de mousse

Tissant mes ailes avec des fils multicolores
Volant plus haut, plus haut, plus haut
Dans la nature
Tissant mon monde en une tapisserie de vie
Son feu est d’or
Dans mon Walden

Je goûterai à la manne de chaque arbre
Le miel liquide et le vin de collines lointaines
Un concerto matinal dans la forêt verdoyante
Accueille mon Walden de sa voix éternelle

Je ne souhaite pas éviter le monde
Mais je vais sans cesse créer le mien
Sans cesse créer le mien
Ma maison pour toujours

*"Walden ou la Vie dans les bois" est un récit de Henry David Thoreau"
Merci à Thierry Rougeot pour la partie irlandaise.

 

Une Quantité Infinie De Belles Et Admirables Formes

Viens, monte, faisons un tour
Viens rencontrer les voyageurs qui sont arrivés en ville
Ils ont une histoire du passé à raconter
Elle vient du noir profond entre les étoiles

Nous sommes un grain de poussière spécial
Un instant bref d’une arche
Une célébration, un havre de paix
De vie

Allonge toi sur un champs de verdure
Avec mère Eve
Avec père, le pin qui atteint les sommets
Regarde toi dans les yeux de l’aye-aye
Rendez-vous dévoilé

Ancré dans le passé
Suis le chemin du temps infini
Salue un brin d’herbe
Chaque quantité infinie de belle et admirable forme
Vivant, conscient, émerveillé
Devant toute cette splendeur
Notre arche flottante pale et bleue
De quantité infinie de belles et admirables formes

Nous voyageons à travers des éternités
Accueillant la musaraigne qui a survécu
Pour voir le tiktaalik faire son premier pas
Assister à la naissance du vol

Plus profondément en Panthalassa
Un eucaryote trouve son chemin
Nous retournons au tout premier
Pour accueillir celui que nous deviendrons bientôt

 

Edema Ruh

Une par une, nous allumons les bougies de ce spectacle
Un par un, entrez dans le théâtre de la naissance primitive
Regardez silencieusement le rideau planétaire se baisser
Riez et réjouissez-vous,
a lors que la pièce puissante vous accueille ce soir

Nous sommes les Edema Ruh
Nous connaissons les chansons que les sirènes chantaient
Regarde nous, nous rendons réel chaque conte imaginé
Le vers avec lequel nous vous quittons vous mènera chez vous

Nous vous donnerons une clé pour ouvrir toutes les portes
Nous vous montrerons une mer de lumière d’étoiles
pour y noyer tous vos soucis
Des palais des glaces, les plus doux baisers et des vins
Un dialogue debussien entre le vent et la mer qui gronde

Danse sur le flûtiau, la pièce, l’histoire
les rappels infinis
Riez de la royauté et ses couronnes tristes
Et répétez le refrain une fois de plus

 

Lueur Rougeoyante

Il était une fois, une chanson qui fut entendue
Et donna naissance à un enfant de la Terre et des vers

Ensemble, nous éliminons une nouvelle peur
Chaque oiseau de Jubjub, fantômes du passé
Ferme les yeux et jette un coup d’oeil
La vérité se voit aisément

Nous étions ici
Parcourant la prairie infinie
Écrivant une histoire infinie
Construisant notre propre Walden
Nous étions ici
Pleurant les visages attristés
Conquérant les endroits les plus sombres
Il est maintenant temps de se reposer et de finir le spectacle
Et de devenir la musique, ne faire qu’un avec la lueur rougeoyante

Main dans la main, tu me guides dans la lumière
Toi, l'apparent conte de fée en bleu et blanc

Tu es mon chemin, ma maison, mon étoile
Une jolie histoire dans l’histoire
Et lorsque la poussière doit avancer
Je nous borderai dans un lit de neige
Peignant de blanc,
et rendant silencieuse la vallée que nous avons construite
Ensemble nous dormirons
Dévorés par la vie

 

Les Yeux De Sharbat Gula

(instrumental)

 

Le Plus Grand Spectacle Du Monde

1.) 4,6

Horizon archéen
Le premier lever de soleil
Sur une Gaïa immaculée
Opus Perfectum
Quelque part là-bas, nous, endormis

“Après avoir dormi pendant cent millions de siècles,
nous avons enfin ouvert nos yeux sur une planète somptueuse,
étincelante de couleurs, abondante de vie.
Après seulement quelques décennies,
nous devons fermer nos yeux à nouveau.
N’est-ce pas une manière noble et éclairée
que de passer notre bref moment sous le soleil,
à travailler à comprendre l’univers et comment
nous en sommes venus à nous réveiller en lui ?”

2.) Vie

La loi cosmique de la gravité
Attira les nouveaux nés autour d’un feu
Une infinité froide, indifférente, dans chaque vaste direction
Voyageur solitaire dans la zone habitable
Elle a une histoire à raconter
De la nurserie d’étoiles au festin de carbone
Entre LUCA

La trame complexe de chimie
Il y a une écriture dans le jardin
Qui nous mène à la mère de tout

Nous sommes un
Nous sommes un univers
Ancêtres de ce qui sera
Héritiers de la mer dévonienne
Les ères passent
Écrivent notre histoire à tous
Une nouvelle inauguration, jour après jour,
Pour le plus grand spectacle du monde

Les canaux ioniques accueillent le monde extérieur
Dans la matière d’étoiles
Implantant l’arbre d’un saint biologique
Entre la vie

Nous sommes ici pour prendre soin du jardin
La merveille de la naissance
De chaque belle et admirable forme

3.) L’outilleur

Après un milliard d’années
Le spectacle est toujours là
Pas un seul de tes pères n’est mort jeune
Les voyageurs adroits
Sortis d’Afrique
Petite Lucy d'Afar

A donné naissance à l’imagination
A l’idolâtrie
Aux armes d’auto-destruction
Entre le Dieu des lacunes
Au coeur du passé
Effroi atavique des chassés

Entre Ionie, le berceau de la pensée
L’architecture de la compréhension
Le désir humain de se sentir si exceptionnel
De gouverner la Terre

Avidité de rochers brillants
De nuages en champignons géants
La volonté de traiter autrui comme on voudrait être traité
Entre l’Histoire, Le Grand Final
Entre le genre Rattus

L’Homme, il a pris son temps sous le soleil
A rêvé de comprendre
Un simple grain de sable
Il donna naissance à la poésie
Mais, un jour, cessera d’être
Voici la dernière lumière de la bibliothèque

Nous étions ici !
Nous étions ici !
Nous étions ici !
Nous étions ici !

4.) La compréhension

“Nous allons mourir, et cela fait de nous les plus chanceux.
La plupart des gens ne vont jamais mourir parce
qu’ils ne vont jamais naître. Le potentiel de gens qui
auraient pu être ici à ma place mais qui ne verront en fait jamais
la lumière du jour dépasse le nombre de grains de sable
du Sahara. Ces fantômes qui ne sont pas nés comptent
certainement des poètes plus éminents que Keats, des scientifiques
plus éminents que Newton. Nous savons cela parce que
le nombre de personnes potentielles autorisé par notre ADN
excède massivement le nombre de gens existants. Malgré
cette improbabilité stupéfiante, ce sont vous et moi,
ordinaires, qui sommes ici. Nous, les quelques privilégiés
qui avons gagné à la loterie de la naissance contre toute attente,
comment osons nous nous plaindre de notre retour
inévitable à cet état antérieur que la
grande majorité n’a jamais pu quitter ?”

5.) Bois flotté, porté par la mer

"N’y a-t-il pas une véritable grandeur dans cette manière
d’envisager la vie, avec ses puissances diverses
attribuées primitivement par le Créateur à un petit
nombre de formes, ou même à une seule ? Or, tandis
que notre planète, obéissant à la loi fixe de la gravitation,
continue à tourner dans son orbite, une quantité infinie de
belles et admirables formes, sorties d’un commencement
si simple, n’ont pas cessé de se développer et se développent encore !"

 

Sagan

Émerveille moi
Instruis moi
Fais étinceler la lumière du doute et l’esprit du nouveau-né
Amène l’immensité impensable sur Terre

Méfie toi toujours d’une pensée étriquée
Prends garde au tout premier mot méchant
Vois qui tu es, d’où tu viens, de quoi tu es fais

Entrer dans l’inconnu
Envoyer tous les poètes dans les étoiles
Oser voir au-delà du synthétique
Malheur à toi qui échappe à l’horizon
Écouter Sagan
Rêver Carl Sagan
Des ruisseaux invisibles
Grâce au savoir aucun poète n’est piégé
Malheur à tous ceux qui s’arrêtent à l’horizon

Quel monde considérerions nous comme notre maison
Notre propre
Oasis d’amour, d’humilité et d’espoir
Éliminant tout ce qui n’est pas pour la vie

Quel objectif considérerions nous comme supérieur
Quelle vie se baignerait dans le blanc le plus éclatant
Un monde sans limite émergera
Fils de l’Homme, ose te défaire de la lâcheté